La boîte noire Diffusé le

Crise de foie

L’interdiction totale de l’expérimentation animale pour les produits cosmétiques commercialisés en Europe est entrée en vigueur le 11 mars 2015. Mais quelles sont les solutions de substitution ? Des mathématiciens proposent notamment une alternative grâce à la simulation 3D et à la modélisation numérique du foie au travail. Pourquoi le foie ? Parce qu'il joue un rôle essentiel de filtre pour les nombreuses substances toxiques qui nous environnent, y compris dans les produits de beauté !

Un épisode de la série "La boîte noire".

Réalisation : Jean-Pierre Courbatze

Production : Universcience, Inserm, CNRS Images, Inria, Le Miroir

Année de production : 2014

Durée : 2min16

Accessibilité : sous-titres français

Crise de foie

Exposé à un environnement toxique, le corps humain dispose de défenses. Notamment, le foie. C’est lui qui détoxifie le sang.

Depuis longtemps, pour tester la toxicité de certaines substances, on fait des tests sur les animaux.

Pour tester par exemple les cosmétiques.
Or une directive européenne interdit les tests animaux pour les cosmétiques. Mais le remplacement total de ces tests n’est pas encore techniquement possible.
Des chercheurs essaient pourtant de trouver des alternatives grâce à la modélisation et la simulation numérique.

Leur méthode est originale, car ce sont des matheux qui font de la biologie !

Ils travaillent sur le foie. Un foie est composé d’un million de lobules, eux-mêmes remplis de cellules.

Pour détoxifier le sang, les cellules viennent s’agencer le long des vaisseaux sanguins.

Les chercheurs veulent comprendre comment le foie se régénère, suite à une lésion.
Ici on a une lésion simulée, causée par un produit toxique.

Les cellules se multiplient et viennent réparer la brèche. Mais au centre, la réparation est incomplète. Le foie ne n’est pas totalement régénéré.

Ici en revanche, la réparation va jusqu’au bout, et traduit bien la nouvelle organisation des cellules.
La simulation représente bien la régénération du foie.

A long terme, des simulations numériques comme celles-ci pourraient se substituer à un grand nombre de tests sur les animaux…
… et pourquoi pas s’étendre à tout le corps humain.

Réalisation : Jean-Pierre Courbatze

Production : Universcience, Inserm, CNRS Images, Inria, Le Miroir

Année de production : 2014

Durée : 2min16

Accessibilité : sous-titres français