La boîte noire Diffusé le

Moteur moléculaire

Entre les neurones, des messages chimiques circulent le long des axones qui font parfois près d'un mètre de long. Ils sont transportés par une sorte de moteur chimique qui carbure à l'ATP (adénosine triphosphate). Des chercheurs essaient de comprendre comment ces moteurs microscopiques fonctionnent, avec de nouveaux médicaments à la clé...

Un épisode de la série "La boîte noire".

Réalisation : Jean-Pierre Courbatze

Production : Universcience, Inserm, CNRS Images, Inria, Le Miroir

Année de production : 2014

Durée : 2min16

Accessibilité : sous-titres français

Moteur moléculaire

Dans les cellules de notre corps, il se passe tout un tas de réactions chimiques.

Prenons dans la moelle épinière une de ces cellules : une cellule nerveuse, un neurone.

Elle se prolonge en un axone, pour envoyer des messages à d’autres neurones. Un axone peut mesurer jusqu’à un mètre !

Les messages peuvent être sous forme de molécules.

C’est bien beau de transmettre, mais… qui transporte ?
Ça peut être une protéine spéciale, qu’on appelle « moteur moléculaire ». C’est ce moteur qui transporte les messages. Il peut prendre une cargaison, et il a des prolongements pour se déplacer.

Et le moteur moléculaire arpente le chemin, pas à pas.
Le carburant des moteurs, c’est le même qui fournit de l’énergie à toute la cellule : une molécule spéciale, l’ATP.
Des chercheurs veulent comprendre ces moteurs moléculaires.

Ils isolent la molécule, la dupliquent un grand nombre de fois pour obtenir un cristal.

Grâce à des rayons X très puissants ils voient où sont les atomes…

Et ils obtiennent la structure du moteur moléculaire.

Ils retrouvent le carburant, l’ATP, au cœur du moteur.

Maintenant ils aimeraient bien comprendre comment ces moteurs microscopiques parviennent à avancer toujours dans le même sens.
Parfois quand il y a embouteillage, cela donne des maladies…

Et la compréhension des moteurs moléculaires pourrait aider à lancer… de nouveaux remèdes.

Réalisation : Jean-Pierre Courbatze

Production : Universcience, Inserm, CNRS Images, Inria, Le Miroir

Année de production : 2014

Durée : 2min16

Accessibilité : sous-titres français