Sur les traces de… Diffusé le

Charles Robert Darwin | Une affaire de séduction

Pourquoi un trait favorisant la survie ne serait-il présent que chez un seul sexe, et seulement à l'âge adulte? Darwin résout ce problème en ajoutant un autre versant à sa théorie de l'évolution qu'il baptisa : la sélection sexuelle. 

Un épisode de la série "Sur les traces de ».

Réalisation : Mathieu Perdoncin

Production : Universcience, Educagri éditions, Dimson, France Télévisions

Année de production : 2012

Durée : 1min55

Accessibilité : sous-titres français

Charles Robert Darwin | Une affaire de séduction

Dès 1859, Darwin reconnaissait que les caractères sexuels secondaires, qui ne participent pas directement au système reproducteur, posaient un problème à sa théorie d'évolution par sélection naturelle. Pourquoi un trait favorisant la survie ne serait-il présent que chez un seul sexe et seulement à l'âge adulte ? Il parvint à résoudre ce problème en ajoutant un autre versant à sa théorie de l'évolution qu'il baptisa : la sélection sexuelle. La solution trouvée par Darwin tient tout entière dans la logique de base de l'évolution. Rien ne sert de survivre longtemps si l'on ne se reproduit pas. Un caractère évolue non pas parce qu'il améliore la survie de celui qui en est pourvu, mais parce qu'il lui assure au final un meilleur succès reproducteur. Ce qui explique les phénomènes d'apparence contraires aux nécessités de survie comme la queue du paon par exemple. La compétition entre individus pour la reproduction sexuée est donc un facteur majeur d'évolution. Or Darwin remarque que dans la nature, chaque mâle est potentiellement capable de féconder plusieurs femelles, alors qu'en général, une femelle n'est fécondée que par un seul mâle. Il en conclut qu'il existe une compétition entre mâles pour l'accès aux femelles. Les traits qui confèrent aux mâles un avantage dans cette compétition vont évoluer par sélection sexuelle. Ainsi explique-t-on l'évolution des armes offensives ou défensives impliquées dans les affrontements entre mâles, comme les bois du cerf par exemple. Si ces traits servaient à se défendre contre les prédateurs, ils devraient être aussi présents chez les biches et les faons, or ce n'est pas le cas. Ces traits servent en fait essentiellement lors des affrontements qui opposent les mâles pour le contrôle des harems. La sélection sexuelle n'implique cependant pas systématiquement l'usage de la force. Elle peut aussi conduire à un développement particulier des organes sensoriels et locomoteurs chez les mâles s'ils leurs permettent de localiser plus facilement les femelles et de les féconder avant leurs rivaux. Alors, que faut-il en retenir ? La sélection sexuelle constitue un des mécanismes de la théorie de l'évolution. Elle est liée à la lutte pour la reproduction. La sélection naturelle, distincte et complémentaire, est liée quant à elle à la lutte pour la survie.

Réalisation : Mathieu Perdoncin

Production : Universcience, Educagri éditions, Dimson, France Télévisions

Année de production : 2012

Durée : 1min55

Accessibilité : sous-titres français