Chroniques végétales Dernière diffusion le

La grande ortie

Nous ne l’aimons pas beaucoup, elle pique et envahit nos jardins. Mais prenons le temps d’y regarder de plus près, ses vertus sont nombreuses : elle soigne, nourrit, fertilise et habille. À condition de l’utiliser dans le « sens du poil » !

Un épisode de la série « Chroniques végétales ».

Réalisation : Olivier Marcon , Anaïs Bollègue

Production : Les Films Invisibles, Arte G.E.I.E., Universcience

Année de production : 2018

Accessibilité : sous-titres français

La grande ortie

La Grande Ortie

(Urtica dioica L.)

Il faut un peu de courage pour contourner son système de défense et accéder aux

innombrables vertus de cette plante bien connue, mais souvent malaimée.

Elle est pourtant l'une des plantes sauvages comestible aux effets les plus bénéfiques pour

l'homme ; voici la Grande Ortie.

L'ortie est une plante vivace de 60 à 150 cm de hauteur, souvent établie en colonie grâce à

ses longs rhizomes.

Son territoire, à l’origine en Eurasie, s'est étendu dans presque toutes les régions

tempérées du monde.

Sa feuille, vert foncé, est bordée de dents triangulaires, comme découpée par une paire de

ciseaux crantés.

Ses fleurs apparaissent au début du printemps. Elles sont unisexuées, sauf rares exceptions

et réunies en grappes : tombantes pour les femelles et dressées chez les mâles.

L'ortie possède deux types de poils : les premiers sont petits et souples, les autres longs et

cassants.

Ces derniers sont constitués d’une capsule contenant le produit urticant, l’acide formique, et

d’une pointe de silice, qui fonctionne comme une seringue.

Si elle est crainte en raison des brûlures qu'elle provoque, en plus d'être privée des charmes

de la couleur et du parfum, elle n’en demeure pas moins une puissante plante médicinale ;

à condition de l'utiliser correctement.

Jusqu’au 19ème siècle, certains de nos ancêtres considéraient que se flageller avec une botte

d’orties était un moyen efficace pour lutter contre les rhumatismes.

De nos jours, on l'utilise plutôt en cataplasme. Associée avec de l’argile verte, elle agit contre

les douleurs de l’arthrite et les rhumatismes.

L'ortie a aussi été utilisée dans le textile et ses fibres ont d’ailleurs fait leurs preuves depuis

bien longtemps.

Même le fourreau du couteau d’Ötzi, célèbre momie datant du néolithique, retrouvée dans

les Alpes, était fait en fibres d’orties.

Bien plus tard, au début du 20ème siècle, c’est l’armée Allemande qui utilise ses fibres pour

confectionner vêtements, tentes, sacs à dos.

Aujourd’hui, tout jardinier qui se respecte connaît l’irremplaçable recette du purin d’ortie :

Quelques feuilles et un peu d’eau en macération, éloigneront les parasites.

Riche en vitamines et minéraux, l'ortie est un excellent complément alimentaire.

Ses feuilles se consomment cuites, comme dans la célèbre soupe d'ortie.

Une fois séchées, hachées et chauffées, leur pouvoir urticant disparaît.

Pour les ramasser, une paire de gants suffit.

Et pour les têtes en l’air, caressez-les dans le sens du poil, toujours de la tige vers leurs

extrémités.

Réalisation : Olivier Marcon , Anaïs Bollègue

Production : Les Films Invisibles, Arte G.E.I.E., Universcience

Année de production : 2018

Accessibilité : sous-titres français