Actu de science Diffusé le

Nord Stream : l’impact écologique de la fuite de méthane

Les émissions de gaz provoquées par Nord Stream vont-elles faire monter la température ? Quelles conséquences la fuite de méthane a sur le réchauffement climatique ? Des animaux vont-ils succomber aux niveaux de gaz exceptionnels dans la zone de la mer Baltique où se trouvent les gazoducs Nord Stream 1 et 2 ? La biodiversité marine est-elle menacée ? Depuis lundi 26 septembre, jour où deux explosions ont percé les gazoducs Nord Stream 1 et 2, provoquant des fuites de gaz, ce sont les questions qui se posent. Propriétés de la Russie, ces installations, situées sous la mer entre la Suède et la Pologne, permettent de relier le pays à l’Allemagne. Au total, quatre fuites sont constatées sur les deux gazoducs, qui n’étaient pas opérationnels au moment des incidents, mais contenaient du gaz. À ce jour, les autorités européennes soupçonnent qu’un sabotage soit à l'origine de cette catastrophe écologique.

Sources : https://www.gu.se/en/news/high-levels-of-methane-in-the-nord-stream-lea…https://www.esa.int/Applications/Observing_the_Earth/Satellites_detect_…https://www.icos-cp.eu/event/1221https://twitter.com/CEA_Officiel/status/1577692596599758848

Réalisation : Marie Brière de la Hosseraye

Production : Universcience

Année de production : 2022

Durée : 2min43

Accessibilité : sous-titres français

Nord Stream : l’impact écologique de la fuite de méthane

Lorsque trois grandes fuites sont apparues sur les gazoducs Nord Stream, une équipe de chercheurs suédois s'est organisée en moins de 48h Sur ces km de tuyaux souterrains reliant la Russie à l’Allemagne, les explosions, sans doute causées par un sabotage, ont eu lieu dans les zones du Danemark et de la Suède. Sur place, les scientifiques ont pu collecter de l’eau de mer à 20 endroits différents, situés à une dizaine de km l’un de l’autre, pour cartographier la fuite. A partir de ces échantillons, ils ont constaté que les niveaux de méthane y étaient 1 000 fois supérieurs à la normale. On ignore encore qu'elles pourraient être les conséquences d’une telle quantité de méthane sur la vie marine. Certaines bactéries, présentes dans l’eau, se multiplient grâce au méthane et ce, aux dépens d’autres espèces de planctons. Ce qui pourrait menacer l’équilibre de l’écosystème marin. Et c'est ce que vont étudier les chercheurs suédois sur la base de leur centaine d’échantillons. Mais le danger ne pèse pas seulement sur la biodiversité locale, mais aussi sur le climat. En effet, ce gaz, au pouvoir réchauffant 80 plus fois plus important que celui du CO2 est considéré comme responsable de près du tiers du réchauffement de la planète déjà enregistré. D'après les premiers calculs basés sur la taille des tuyaux et le débit connu, on craignait que la quantité totale de méthane échappée soit autour de 300.000 tonnes. Mais de nouveaux chiffres nous viennent de chercheurs français. Ils se sont appuyés sur des données de la concentration en gaz à effet de serre disponibles publiquement en temps réel, grâce à leur modèle d’analyse automatique. Ils estiment que 70.000 tonnes de méthane se sont échappées, soit trois à quatre fois moins que la quantité supposément contenue dans les pipelines. Ce qui correspond tout de même à l’équivalent des émissions d'une ville comme Paris pendant un an. Alors comment l’expliquer ? Soit il y avait tout simplement moins de méthane que prévu dans les pipelines, soit ce gaz est resté dans les tuyaux, ou alors il s’est dissous dans l’eau. Car le méthane s'oxyde au contact de l’eau et se transforme en CO2. Donc une partie du gaz n’atteindra pas la surface sous sa forme initiale. Il faudra attendre que d’autres modèles atmosphériques confirment ces calculs. Mais bien que la fuite soit considérable, son impact reste à relativiser. Si on la compare aux 80 millions de tonnes qu'émet par an l’industrie gazière et pétrolière, cela revient à l’équivalent d’une journée et demie d’émissions mondiales de méthane.

Réalisation : Marie Brière de la Hosseraye

Production : Universcience

Année de production : 2022

Durée : 2min43

Accessibilité : sous-titres français