Portion de la Grande Barrière de corail affectée par le blanchissement

Portion de la Grande Barrière de corail affectée par le blanchissement © James Cook University

La Grande Barrière de corail a vécu, au cours de l’été austral qui vient de s’achever, son plus grave épisode de blanchissement de coraux, un phénomène dû au réchauffement climatique qui menace la survie même de ce joyau australien classé au Patrimoine mondial, ont annoncé mardi des chercheurs de l’université James Cook (Queensland).

Au terme d’une étude conduite le mois dernier, le professeur Terry Hughes a constaté que l’ensemble de la Grande Barrière, qui s’étend sur 2300 kilomètres, avait, en raison de températures de l’eau records, connu un nouvel épisode de blanchissement, le troisième en cinq ans. « Nous avons passé en revue 1036 récifs depuis les airs au cours de la deuxième quinzaine de mars pour mesurer l’importance et la gravité du blanchissement des coraux sur toute la Grande Barrière de corail, a déclaré Terry Hughes. Pour la première fois, des phénomènes graves de blanchissement ont été observés dans les trois grandes régions de la Grande Barrière, le nord, le centre et d’importantes portions du secteur sud ». 

Le blanchissement est un phénomène de dépérissement qui se traduit par une décoloration. Il est dû à la hausse de la température de l’eau, celle-ci entraînant l’expulsion des algues symbiotiques qui donnent au corail sa couleur et ses nutriments. Les récifs peuvent s’en remettre si l’eau refroidit, mais ils peuvent aussi mourir si le phénomène persiste.

cartes du blanchissement

Etendues des trois derniers épisodes de blanchissement © CC BY-ND

Dans la région de la Grande Barrière, la température de l’eau a été en février la plus élevée depuis le début des relevés en 1900. L’ensemble de 345 000 kilomètres carrés avait évité de justesse en 2015 d’être placé par l’Unesco sur sa liste des sites en péril. Le nord de cet écosystème avait déjà subi en 2016 et 2017 deux épisodes sans précédent de blanchissement de ses coraux et l’Australie avait revu l’an dernier les perspectives de cet ensemble, les considérant désormais comme « très mauvaises ».

La Barrière est aussi menacée par les ruissellements agricoles, par le développement économique et par l’Acanthaster pourpre, une étoile de mer dévoreuse de coraux. Le gouvernement est accusé de traîner les pieds dans la lutte contre le réchauffement climatique pour ne pas sacrifier la lucrative industrie du charbon qui emploie des milliers d’Australiens.

Le premier épisode de blanchissement des coraux avait été observé sur la Grande Barrière en 1998. Mais la hausse continue des températures provoquée par le réchauffement climatique a augmenté la fréquence de la survenue de ce phénomène dévastateur. Morgan Pratchett, de l’université James Cook, a précisé qu’après ces reconnaissances aériennes, des études sous-marines seraient conduites pour évaluer la santé des récifs.