Découvrez les 206 actus de Blob

L’astromobile chinoise qui s’est posée le 3 janvier dernier sur la face cachée de la Lune a analysé des roches qui proviennent peut-être du manteau lunaire.

La Lune est un petit corps planétaire avec une différentiation géologique : écorce, manteau et noyau. Si l’écorce lunaire est bien connue, les matériaux du manteau et du noyau restent à explorer. C’est peut-être ce qu’a fait Yutu 2, le rover qui accompagne Chang’E 4. Il s’est posé avec la sonde dans le cratère Von Karman, d’un diamètre de 180 kilomètres, qui appartient lui-même inclus à un très ancien et très vaste cratère, dit bassin South Pole.

image légendée

Face cachée de la Lune : la teinte bleutée correspond au bassin South Pole, une zone où l’écorce lunaire est fine et le manteau accessible © Goddard Nasa

Lorsque ce bassin s’est formé, sous l’impact d’un astéroïde, des matériaux du manteau lunaire ont été projetés alentour. Et comme il y a eu moins de volcanisme sur la face cachée de la Lune que sur sa face visible depuis la Terre, ces matériaux venant du manteau sont sans doute plus faciles à déceler sur la face cachée.

image légendée

Yutu2 photographié par la sonde Chang'E 4 dans le cratère Von Karman © CCTV

C’est probablement ce qu’a découvert Yutu 2, dont un spectromètre vient d’analyser des roches contenant de l’olivine et du pyroxène, deux matériaux semblant provenir du manteau lunaire. Certes, il faudra du temps pour confirmer cette découverte. Mais d’ores et déjà les scientifiques imaginent d’en prélever des échantillons afin de les rapporter sur Terre grâce à un futur successeur de Chang’E 4.