Découvrez les 1331 actus du blob
 bateaux

Reconstitution 3D des trois types bateaux retrouvés à Fiumicino : barque de pêche (à gauche), petit voilier (au centre) et allège fluviomaritime (à droite) © D. Peloso, Ipso Facto scoop. Marseille/P. Poveda, Centre Camille Jullian, CNRS, Aix Marseille Université

Si l’aéroport de Fiumicino près de Rome accueille aujourd’hui des avions, dans l’Antiquité cette zone avait une fonction toute différente. Situé à trois kilomètres au nord d’Ostie et de l’embouchure actuelle du Tibre, Portus (Portus Augustis Ostiensis) était le port maritime de Rome. Avec le port fluvial d’Ostie, il constituait le complexe portuaire le plus important de Méditerranée à l’époque impériale.

C’est dans une zone périphérique d’un grand bassin (dit « de Claude ») qu’on abandonnait à l’époque les bateaux trop vieux pour être utilisés. Une chance pour les archéologues !

Des fouilles réalisées dans ce lieu il y a environ 60 ans, à l’occasion de la construction de l’aéroport, ont permis de mettre au jour des navires vieux de plus de 2000 ans. Ils ont été utilisés entre le 2e et le début du 5siècle après J-C., puis délaissés, leur bois s’imbibant d’eau au fil du temps. Recouverts de sédiments, certains ont ainsi pu ont parvenir jusqu’à nous.  En effet, à l’abri de l’oxygène, le bois dont il était constitué a pu se conserver. 

Des épaves ressuscitées grâce à la 3D

La réouverture au public du musée d’Ostie, fermé depuis 20 ans, offre l’occasion de redonner une nouvelle vie à ces anciennes collections, mais aussi de suivre plus précisément leur état de conservation.

Pour cela, des techniques numériques de relevés comme la photogrammétrie, associées à l’expertise d’archéologues navals, ont été mobilisées. Outre l’obtention de données importantes pour la conservation des épaves, trois modèles de bateaux antiques ont ainsi pu être reconstitués en trois dimensions.

Coordonnatrice de la reconstitution tridimensionnelle, Giulia Boetto (CNRS-centre Camille Jullian/Aix-Marseille Université) a fait appel à la start-up Ipso Facto pour créer les modèles 3D des vestiges, ainsi qu’à des experts du musée italien. Pierre Poveda, ingénieur de recherche au CNRS, a quant à lui participé à la restitution des parties manquantes à partir de comparatifs archéologiques et de représentations iconographiques.

C’est vers la fin de l’année que ces reconstitutions d’une barque de pêche, d’un petit voilier et d’une allège fluvio-maritime (bateau à voile mixte fleuve-mer), prendront place dans le nouveau musée des navires du parc archéologique d’Ostie Antique, permettant aux visiteurs de découvrir les anciennes techniques de construction et la vie à bord de ces navires à l’époque de la Rome impériale.