image légendée

Un membre de l’unité médicale de traitement d’Ebola enfile sa tenue de protection à Bwera, dans l’ouest de l’Ouganda, le 12 décembre 2018 © AFP/Archives Isaac Kasamani

L’Ouganda a annoncé lundi avoir commencé à tester un vaccin expérimental contre Ebola qui pourrait être utilisé dans la République démocratique du Congo (RDC) voisine, où une épidémie de la maladie a fait plus de 1800 morts en un an, dont un tiers d’enfants, rappelle l’OMS.

L’essai du vaccin MVA-BN fabriqué par la société américaine Johnson&Johnson devrait durer deux ans, a indiqué le Conseil de recherche médicale (MRC) de l’Ouganda. Il concernera quelque 800 professionnels de la santé et personnels se trouvant en première ligne comme les agents de nettoyage, les équipes d’ambulanciers, des morgues ou celles chargées des enterrements, dans le district de Mbarara (ouest), a précisé le MRC. L’expérimentation du vaccin sera menée par des chercheurs ougandais, avec le soutien de l’école d’hygiène et de médecine tropicale de Londres.

Il n’existe actuellement pas de médicament permettant de prévenir ni de guérir Ebola, mais une série de médicaments expérimentaux sont en cours de développement. Ainsi, pour la première fois, un vaccin a été utilisé contre le virus durant l’épidémie qui frappe la RDC depuis août 2018. Les autorités sanitaires congolaises utilisent le vaccin rVSV-Zebov, fabriqué par le groupe pharmaceutique américain Merck, qui s’est révélé sûr et efficace.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a préconisé une extension de son utilisation et recommandé l’introduction d’un vaccin supplémentaire, celui produit par Johnson&Johnson, pour faire face aux besoins. Mais des voix se sont élevées contre l’introduction d’un nouveau produit dans des communautés où la méfiance à l’égard du traitement actuel est déjà importante. L’ancien ministre congolais de la Santé, le Dr Oly Ilunga, qui a démissionné en juillet, figurait parmi les opposants.

Selon le MRC, le vaccin de Johnson&Johnson est sûr et a été testé sur plus de 6000 personnes en Europe, aux Etats-Unis et en Ouganda. Son efficacité est cependant incertaine car il n’a jamais été évalué dans un scénario d’épidémie. L’Ouganda a connu des épidémie d’Ebola dans le passé mais d’une ampleur bien moindre que celle frappant la RDC depuis août 2018. L’Ouganda a été déclaré libre du virus Ebola bien qu’en juin trois membres d’une même famille y soient morts de la fièvre hémorragique à leur retour du Congo démocratique.

L’actuelle épidémie dans l’est de la RDC est la deuxième plus importante dans l’histoire de la maladie, après celle qui a tué près de 11000 personnes en Afrique de l’Ouest (Guinée, Liberia, Sierra Leone) en 2013 et 2014.