Découvrez les 2056 actus du blob
mont blanc

Le mont Blanc en Haute-Savoie le 19 septembre 2019 © AFP/Archives Eric Feferberg

Le mont Blanc, plus haut sommet d’Europe occidentale, a été mesuré à la mi-septembre à 4 807,81 m, en baisse de près d’un mètre par rapport aux derniers relevés publiés en 2017, ont indiqué mercredi les géomètres-experts de Haute-Savoie. Une équipe d’une trentaine de personnes s’est rendue à la mi-septembre sur le toit de l’Europe pour procéder trois jours durant à des relevés, indiquent les experts haut-savoyards, qui effectuent ce genre de mesure tous les deux ans depuis une vingtaine d’années.

L’expédition 2021 a bénéficié de conditions météorologiques très favorables, se sont-ils félicités. « Charge maintenant aux climatologues, glaciologues et autres scientifiques d’exploiter toutes les données recueillies et d’avancer toutes les hypothèses pour expliquer ce phénomène », soulignent-ils. L’objectif des mesures régulières est de « modéliser la calotte glaciaire » et « de constituer et de nourrir une banque de données précises et fiables qui pourront être exploitées par les experts (glaciologues, climatologues…) et surtout transmises aux générations futures », expliquent-ils.

La dernière mesure rendue publique en 2017 faisait état d’une altitude de 4 808,72 m, elle-même en baisse par rapport à celles des années précédentes. C’est en 2007 qu’a été relevée l’altitude la plus élevée (4 810,90 m). En réalité, les chiffres varient d’une fois sur l’autre car le sommet est « recouvert d’une couche de +neiges éternelles+ qui fonctionne comme une énorme congère et varie en fonction des vents d’altitude et des précipitations ». « Ainsi donc, depuis la nuit des temps, l’altitude du mont Blanc oscille continuellement ». Le sommet « rocheux » culmine pour sa part « à 4 792 m », soulignent les géomètres. La mesure effectuée en 2019 avait toutefois été tenue « secrète » car « exceptionnellement basse » (4 806,03 m) et « à prendre avec beaucoup de pincettes », révèlent-ils. Décision avait été prise à l’époque « d’attendre la mesure de 2021 pour davantage d’explications pédagogiques et scientifiques ».