image légendée

C’est à Hawaï qu’a été enregistrée la plus grande perte d’espèces végétales à graines depuis 1900 © Pxhere

Depuis 1900, près de trois espèces de plantes à graines, ou spermatophytes, disparaissent chaque année. Sous l’action de l’Homme, ce rythme est 500 fois plus élevé que celui auquel on pourrait s’attendre par le jeu des seules forces naturelles, d’après la plus grande enquête jamais réalisée sur le sujet. 

L’enquête a porté sur plus de 330 000 espèces végétales. Résultat : les plantes des îles et des tropiques sont les plus à risque d’extinction. En outre, quelle que soit la zone géographique, les arbres, arbustes et autres plantes vivaces sont les plus susceptibles de disparaître. 

Sur le total étudié, 571 plantes sont présumées éteintes depuis qu’elles ont été enregistrées dans le Species Plantarum du biologiste suédois Carl von Linné, en 1753. Et encore : ce chiffre  sous-estime sans doute la réalité, car il ne tient pas compte des espèces disparues à l’état sauvage ou dont les populations sont trop réduites pour survivre.

image légendée

Nombre et localisation des espèces de plantes à graines disparues depuis 1900 © Humphreys et al./Nature