image légendée

Singe capucin au Costa Rica © David M. Jensen (Storkk)/Wikimedia

Les petits singes d’Amérique du Sud sont connus depuis plusieurs années pour utiliser des outils ; ainsi, les capucins utilisent des pierres pour écraser des végétaux ou casser des noix.

Une étude menée dans des sites fossiles du nord-est du Brésil révèle que ces singes ont fait évoluer leurs choix d’outils au cours de l’histoire. Dans le parc national de la Serra de Capivara, des primatologues ont en effet découvert des sites datés de plus de 3 000 ans, contenant plus d’une centaine de pierres réparties en quatre couches stratigraphiques.

Ces pierres sont des percuteurs, des enclumes et les éclats détachés des percuteurs lors des frappes. Les outils les plus anciens sont en général de petite taille et très abîmés par les chocs. Ils ont, semble-t-il, été utilisés pour casser des graines ou des fruits à l’écorce fragile.

Le même type d’outils se retrouve il y a 600 ans environ.

image légendée

Les percuteurs utilisés par les capucins dans le parc de la Serra de Capivara ©T. Falótico et al/Nature Ecology & Evolution 2019

Il y a environ 300 ans, les capucins ont commencé à utiliser, en guise de percuteurs, des galets plus gros que ceux de leurs prédécesseurs. Ce choix est sans doute dû à un changement de nourriture, avec la récolte de fruits à coquilles et de noix.

Enfin, il y a une centaine d’années, les capucins en sont revenus à des percuteurs plus petits, sans doute destinés à rompre les coques des noix de cajou, dont ils sont encore friands aujourd’hui.

La présence de ces outils divers peut donc s’expliquer par le fait que les capucins ont modifié leurs habitudes alimentaires au cours des derniers siècles, peut-être en raison de modifications climatiques. Mais il se pourrait aussi que les gros percuteurs soient la trace, sur les mêmes sites fossiles, du passage d’une autre espèce de singe ayant d’autres préférences alimentaires.