Correspondance(s) Publié le

Kupka et le lysosome

La planche 6 de la série "Quatre histoires de blanc et noir" du peintre tchèque Francis Kupka et un lysosome de cellule humaine, racontés par le biologiste Jean Claude Ameisen...

Un épisode de la série "Correspondances".

Réalisation : Hervé Nisic

Production : Universcience, Inserm

Année de production : 2016

Durée : 1min29

Kupka et le lysosome

4 – Kupka et le lysosome

A droite, une coquille de gastéropode qui se construit progressivement, s’enroulant sur elle-même, à mesure que l’animal qui l’habite absorbe sa nourriture, grandit et se développe.

Coquille imaginaire, une œuvre de Frank Kupka, “planche 6 de la série “Quatre histoires de blanc et noir” ”.

A gauche, blanc et noir, comme une coquille enroulée sur elle-même, un petit compartiment, à l’intérieur d’une de nos cellules. Un lysosome. C’est là que sont dégradés et digérés des composés absorbés par la cellule, ou des composés de la cellule elle-même. Dégradation en constituants élémentaires. Qui permet de construire.

Histoire en noir et blanc de cette succession permanente de déconstructions et de reconstructions qui permet depuis si longtemps l’émergence de ce que Charles Darwin a appelé l’infinité des formes les plus belles et les plus merveilleuses – la splendeur de la diversité du vivant.

Réalisation : Hervé Nisic

Production : Universcience, Inserm

Année de production : 2016

Durée : 1min29