2101, sciences et fiction Diffusé le

La détection des exoplanètes / Maud Langlois

Maud Langlois, astrophysicienne, nous explique les méthodes de détection des exoplanètes avec des télescopes spatiaux de plus en plus performants.  Une interview tirée du webdoc "2101, sciences & fiction".  

Réalisation : Patrick Chiuzzi

Production : Universcience, Centre de recherche astrophysique de Lyon, C Productions Chromatiques

Année de production : 2016

Durée : 4min33

Accessibilité : sous-titres français

La détection des exoplanètes / Maud Langlois

"2101, sciences et fiction"

"La détection des exoplanètes"
"Télescope spatial Hubble"

Maud Langlois, astrophysicienne.
-Hubble n'est pas une sonde, c'est un télescope dans l'espace.
Le fait qu'il soit dans l'espace permet d'éviter le problème de l'atmosphère et du flou rendu par l'atmosphère.
C'est un peu plus facile de l'espace de détecter les exoplanètes, sauf que Hubble n'a pas un diamètre suffisant pour avoir un niveau de contraste élevé.
Il y a des détections possibles, mais ce n'est pas un instrument dédié pour faire des détections avec beaucoup de contraste comme pour les exoplanètes.
Il y en a eu, mais je ne l'utilise pas personnellement.

"Very Large Telescope, Chili"

Avec le nouvel instrument SPHERE, on est dans un autre régime où Hubble ne permettrait pas de détecter ces objets parce que c'est un instrument dédié à atteindre des contrastes plus grands.

"Détection par contraste"

Je travaille surtout sur la détection directe, où là, on est capables de prendre une image d'une planète et de son étoile.
La difficulté, c'est d'arriver à cacher la lumière de l'étoile parce qu'elle nous éblouit quand on cherche une planète qui est très proche de cette étoile.
Ça se passe en plusieurs étapes.
L'étoile plus la planète, ça fait une tache floue et on ne sait pas ce qu'il y a derrière.
On ne voit pas la planète.
Après, il y a une étape où on met en route l'optique adaptative qui corrige les turbulences atmosphériques.
Ça permet déjà de séparer un peu mieux les objets.
Après, on met l'équivalent d'un cache sur l'étoile elle-même.
Là, on arrive à voir le signal de la planète.
Ces méthodes de détection directe sont les seules à permettre de détecter la lumière que la planète renvoie ou émet d'elle-même.
Ça permet de caractériser mieux les exoplanètes.
La probabilité de trouver des planètes autour des étoiles est assez forte.
On imaginait qu'elle était faible.
Finalement, on n'en trouve pas partout, mais autour de certaines classes d'étoiles, on en trouve fréquemment.
On parle d'un peu plus d'un millier d'exoplanètes qu'on a pu découvrir.
C'est quand même énorme.
On commence à penser à des télescopes de 70 mètres, d'une centaine de mètres, qui permettraient de détecter ces signaux-là.
Ce n'est pas forcément très loin, je dis 50 ans, mais ça peut être plus proche.
J'ai commencé à travailler sur un projet appelé Colossus, qui serait dédié à détecter ce genre de signaux.
C'est compliqué, mais ce n'est pas complètement hors de portée.

"2101"

Je peux imaginer que, dans une cinquantaine d'années, on pourra détecter des signaux qui peuvent être émis par des populations qui vivent sur des exoplanètes quelque part.
Si on regarde la Terre, il y a ces images vues de l'espace où l'on voit toute la lumière liée à l'activité humaine sur Terre.
On peut, dans un avenir assez lointain, détecter des signaux de ce type sur des exoplanètes et se dire qu'il y a une activité, qu'il y a de l'énergie qui n'est pas liée à la planète elle-même, mais à d'autres choses, et imaginer qu'elle est habitée.
Je peux l'imaginer assez facilement.

2101, sciences et fiction

Conception et réalisation : Patrick Chiuzzi
Avec la voix de Johanna Rousset
Avec la participation de Maud Langlois, astrophysicienne
Images bande dessinée 2101 : Guillaume Chaudieu
Développeur : Thomas Goguelin
Image et son : Patrick Chiuzzi et Robin Chiuzzi
Enregistrement voix : Studio Ghümes
Musique : Ludovic Sagnier
Montage : Yann Brigant

Images additionnelles
ESA
Rosetta’s science : Expect the Unexpected
Main Rosetta Burn - B-roll : Animation of Philae Lander
NASA
Making Hubble more powerful
NASA/Goddard Space Flight Center/Bob Sauls (Frassanito and Associates) : Lead Animator
ESO
ESOcast60 : a Polarised View of Exoplanets
Footage and photos : ESO, Jean-Luc Beuzit/Eric Stadler/IPAG Grenoble/Luis Calçada, Martin Kornmesser, ESA/Hubble/José Francisco Salgado (josefrancisco.org), Nick Risinger (skysurvey.org)
Directed by : Herbert Zodet
Shutterstock

Chromatiques
Producteur : Patrick Chiuzzi
Assistante réalisateur : Cécile Taillandier
Assistante de production : Élodie Henry

Universcience
Rédaction en chef : Isabelle Bousquet
Production : Isabelle Péricard
Responsable des programmes : Alain Labouze

Avec la participation d’Amcsti

Remerciements : Eloïse Bertrand, Alice Chiuzzi, Agate Chiuzzi, Delphine Boju, Romain Mascagni, Mathieu Gayon

Avec le soutien d’Investissements d’Avenir et la participation du Centre National de la Cinématographie et de l’image animée

© C Productions Chromatiques / Universcience / Centre de recherche astrophysique de Lyon / 2016

Réalisation : Patrick Chiuzzi

Production : Universcience, Centre de recherche astrophysique de Lyon, C Productions Chromatiques

Année de production : 2016

Durée : 4min33

Accessibilité : sous-titres français