3 minutes d’Univers Publié le

Pourquoi la nuit est noire ?

Comment se fait-il que les étoiles, qui sont des milliards de soleils dans l'Univers, n'éclairent pas le ciel ? L'écrivain Edgar Poe donne un début de réponse en 1848 en prenant en compte la vitesse de la lumière : celle des étoiles met du temps à arriver sur Terre. Mais c'est en 1929, avec la théorie du Big Bang et de l'expansion de l'Univers, que le physicien Georges Lemaitre explique ce phénomène : l'Univers est toujours plus noir et plus froid car les étoiles sont toujours plus éloignées les unes des autres !

En s’inspirant du contenu scientifique et des thèmes du Beau livre de l’Univers écrit par Jacques Paul et Jean-Luc Robert (éditions Dunod), la série 3 minutes d’Univers l’illustre de manière imagée et humoristique.

Réalisation : Jean-Michel Gerber

Production : Wag Productions, France 3 Bretagne, FranceTV education, CNRS Images, AGM Factory, Laboratoire APC, Universcience

Année de production : 2015

Durée : 3min21

Accessibilité : sous-titres français

Pourquoi la nuit est noire ?

« 3 minutes d’Univers » Episode 1

POURQUOI LA NUIT EST NOIRE ?

« That is the question ! » comme dirait l’autre. La réponse parait simple : Le soleil s’est couché et hop c’est la nuit. Oui, mais alors, que voyez vous dans un ciel sans nuage ? Allez dites-le… Bravo ! Des milliers d’étoiles, qui sont autant de petits soleils qui scintillent dans le ciel. Et pourtant  sur Terre c’est la nuit !

Par exemple, éteignez la lumière dans une pièce, c’est le noir complet…Mais si vous allumez la guirlande de votre sapin de Noël, ça éclaire aussi le salon. Pas seulement le sapin. Mais ça ne marche pas avec les étoiles puisque la nuit reste désespérément noire.

Etonnant non ?

UN PEU D’HISTOIRE

Retour au moyen âge. A cette époque les Européens, un peu bas de plafond, c’est vrai, sont persuadés que les étoiles sont comme des lustres accrochés à un dôme. Dans un espace fini donc.

A la Renaissance, vous voyez, Léonard de Vinci, François Premier, juste pour situer, on commence à penser que les lumières célestes pourraient bien être dans un espace infini et pas du tout accrochées par des fils invisibles. Mais alors, me direz-vous en toute logique, espace infini implique nombre infini d’étoiles qui devraient embraser le ciel la nuit. Ben oui… Et bè, non !

Il faudra attendre plusieurs centaines d’années pour briser ce paradoxe. Plus précisément en 1826. La notion d’infini enfin acceptée à peu près par tout le monde, permet à un médecin Allemand, Heinrich Olbers de formuler correctement le problème. Mais voilà, c’est le problème, pas la réponse. On n’est pas plus avancés. C’est déprimant.

Surprise ! C’est un écrivain, Edgar Poe qui va apporter un élément de réponse : en 1848, Edgar qui ne perd pas le nord, se dit : si la vitesse de la lumière est limitée dans l’Univers, et si celui-ci a eu un commencement, cela implique tout bonnement qu’une partie de la lumière des étoiles ne nous est pas encore parvenue. Et voilà l’affaire. Emballé c’est pesé, Il suffisait d’y penser.

Et puis finalement en 1929, le physicien belge, Georges Lemaître énonce une théorie que l’on dénommera plus tard, la théorie du Big Bang. (La théorie du Big Bang, hein !) Et là, voyez-vous, ça change tout. L’Univers est tellement ramassé qu’il est chauffé à blanc et si lumineux, qu’il faut des lunettes de soleil.

Mais 13 milliards d’années d’expansion plus tard, c’est une autre histoire. L’univers est bien plus grand et bien plus froid. Pour l’éclairer, il n’y a plus que les étoiles qui ne sont pas en assez grand nombre.

EXPLICATION

Si vous mettez 50 ampoules de 100 watts (les étoiles) dans votre salon (l’Univers) on voit comme en plein jour. Maintenant, si votre salon c’est le stade de France, et que vos cinquante ampoules sont parsemées dans les gradins, vous allez avoir du mal à éclairer France-Brésil. Ben voilà l’Univers, c’est pareil.

Toutes les étoiles formées depuis le début de l’Univers ne peuvent pas tout éclairer. Alors voilà pourquoi la nuit, il fait nuit.

Lumineux, non ?

Réalisation : Jean-Michel Gerber

Production : Wag Productions, France 3 Bretagne, FranceTV education, CNRS Images, AGM Factory, Laboratoire APC, Universcience

Année de production : 2015

Durée : 3min21

Accessibilité : sous-titres français