À bord du Nanotilus Diffusé le

Drépanocytose, les globules tourmentés

Dans cet épisode de la série « À bord du Nanotilus », le sous-marin du Capitaine Nemo rencontre dans les vaisseaux sanguins des globules aux formes irrégulières. Cette maladie génétique, la drépanocytose, nuit à la bonne circulation du sang... Un défi pour la recherche !

Un épisode de la série « A bord du Nanotilus »

Réalisation : François Demerliac

Production : Universcience, Inserm, Virtuel productions

Année de production : 2011

Durée : 2min40

Accessibilité : sous-titres français

Drépanocytose, les globules tourmentés

- Une nouvelle méthode d'investigation du corps humain est la miniaturisation.

Grâce à elle, l'équipe de savants réunis autour du capitaine Nemo a pu sauver une jeune femme.

Ils entament une nouvelle plongée.

Que vont-ils bien pouvoir découvrir ?

- Ses parents ne présentent aucun symptôme.

- Mais ça ne veut rien dire. Le Nanotilus circule dans les veines de notre patient. S'il y a des signes, il les verra.

Nemo, vous m'entendez ?

- Je vous entends. Pour l'instant, je ne vois rien.

Ah, attendez !

- Ce globule a une drôle de forme.

- Oui, et là, un autre.

- La drépanocytose est une maladie génétique. Du fait de la mutation d'un gène, les globules rouges transportant l'oxygène perdent leur élasticité et prennent des formes irrégulières.

- Ils risquent de boucher les vaisseaux sanguins et de provoquer des crises douloureuses, des anémies et des infarctus. Les malades sont plus sensibles aux infections, comme les pneumonies.

- Cette maladie est fréquente chez les populations africaines. 50 millions d'individus en sont atteints dans le monde.

- Comme la plupart des maladies génétiques, la drépanocytose se transmet. Si les 2 parents sont porteurs du gène, même sans qu'aucun d'eux ne présente de symptômes, leur enfant aura 1 chance sur 4 d'être malade, une chance d'être totalement sain et 2 chances d'être porteur du gène.

- Voyez, les globules prennent souvent la forme de faux, comme celui-ci.

- Terrible ! Les malades doivent vivre un vrai calvaire.

- Mais une vie presque normale est possible au prix de précautions : une alimentation saine et riche en fer comme la viande rouge, éviter l'altitude, ne pas prendre froid,

éviter les infections.

- Au-delà des précautions, des solutions existent. En remplaçant la moelle osseuse du malade par celle d'un donneur proche, on peut obtenir une guérison totale.

- Et la thérapie génique semble prometteuse.

(Générique)

---

Réalisation : François Demerliac

Production : Universcience, Inserm, Virtuel productions

Année de production : 2011

Durée : 2min40

Accessibilité : sous-titres français