Vivre avec la drépanocytose Publié le , mis à jour le

Les jeunes drépanocytaires et le sport

Rony, 12 ans, est scolarisé au Collège Saint-Dominique, au Moule en Guadeloupe. Atteint de la drépanocytose, il doit apprendre à gérer sa maladie pendant le cours d’éducation physique : ménager ses efforts, boire beaucoup d’eau, uriner régulièrement, éviter d’être exposé trop longtemps au soleil, se couvrir s’il a froid... Dans cet établissement, le personnel enseignant est sensibilisé à la prise en charge de jeunes drépanocytaires, y compris lorsqu’ils ont des crises de douleur. Un cadre qui permet à Rony de se sentir en confiance.
Un épisode de la série « La drépanocytose, une maladie du sang ».
drepanocytose

Réalisation : Matthieu Pradinaud

Production : BCI Communication, en partenariat avec Universcience, l'Inserm, ARS Guadeloupe, l'IRD et France Télévisions

Année de production : 2018

Durée : 2min52

Accessibilité : sous-titres français

Les jeunes drépanocytaires et le sport

"Les jeunes drépanocytaires et le sport" 

Narrateur.
-Ronny, 12 ans, est drépanocytaire.
Il vit au Moule, en Guadeloupe, où il suit une scolarité normale.
Ronny, drépanocytaire.
-J'adore l'école.
J'aime bien voir mes copains et copines.
J'aime la plupart des cours.
De temps en temps, en rentrant du sport, je peux m'endormir à moitié dans un cours.
Parfois, c'est difficile, mais on y va quand même.
Narrateur.
-Au collège Saint-Dominique, où il est scolarisé, l'équipe pédagogique a pris des dispositions pour accueillir les enfants drépanocytaires.
En cours de sport, la professeure rappelle à Ronny les précautions à prendre pour rester en forme.
Shirley Coillot, professeur d'EPS au collège Saint-Dominique du Moule, Guadeloupe.
-Les drépanocytaires doivent s'hydrater pour pratiquer une activité physique parce que ça permet aux muscles de fonctionner.
Si les muscles ne sont pas suffisamment irrigués, ils vont être fatigués plus vite que les autres enfants.
Ronny, drépanocytaire.
-Ce qui me plaît dans le sport, c'est le fait qu'on se dépense.
La plupart du temps, c'est en équipe.
Du coup, j'aime bien travailler avec les autres, et ça permet de garder la forme.
Shirley Coillot, professeur d'EPS au collège Saint-Dominique du Moule, Guadeloupe.
-Ronny, c'est un élève modèle pour moi.
Il est autonome sur la façon de se gérer au niveau de sa fatigue, même si je lui rappelle les consignes, il les connaît.
Quand il est fatigué, il vient me voir pour me dire qu'il est faible, et on fait une pause.
Ronny, drépanocytaire.
-Je bois de l'eau parce que je suis fatigué et ma gorge est sèche.
Narrateur.
-Des recommandations que Ronny suit consciencieusement.
Ronny, drépanocytaire.
-Et je dois aussi manger un petit peu, parce que ce n'est pas bien de faire des activités sportives en ayant le ventre vide.
Narrateur.
-Malgré la maladie, Ronny se donne entièrement, une qualité qui impressionne sa professeure de sport.
Shirley Coillot, professeur d'EPS au collège Saint-Dominique du Moule, Guadeloupe.
-Ronny a quand même une force de caractère, il a envie de bouger et surtout, de ressembler aux autres et de vivre sa vie normalement.
Donc, il est très volontaire et il ne louperait pas la séance d'EPS.
Narrateur.
-En milieu scolaire, l'information, la prévention et la vigilance sont indispensables pour la prise en charge des drépanocytaires.

La Drépanocytose, une maladie du sang

Réalisation : Matthieu Pradinaud

Production : BCI Communication, en partenariat avec Universcience, l'Inserm, ARS Guadeloupe, l'IRD et France Télévisions

Année de production : 2018

Durée : 2min52

Accessibilité : sous-titres français