Vivre avec la drépanocytose Publié le , mis à jour le

Se faire dépister en Île-de-France

Jody Thiam, jeune travailleur malien est arrivé en France il y a quelques années. Avec Fatim, malienne elle aussi, ils envisagent d’avoir un enfant. À Paris, le Centre d’Information et de Dépistage de la Drépanocytose (Cidd) propose un dépistage gratuit pour déterminer si un individu est porteur sain ou non de la maladie. Cette information est précieuse pour ceux qui envisagent de fonder une famille car deux parents porteurs sains ont une probabilité sur quatre de donner naissance à un enfant malade. Ce dépistage gratuit consiste à réaliser une simple prise de sang, sans prise de rendez-vous préalable. 
Un épisode de la série « La drépanocytose, une maladie du sang ».
drepanocytose

Réalisation : Matthieu Pradinaud

Production : BCI Communication, en partenariat avec Universcience, l'Inserm, l'ARS Guadeloupe, l'IRD et France Télévisions

Année de production : 2018

Durée : 2min49

Accessibilité : sous-titres français

Se faire dépister en Île-de-France

"Se faire dépister en Île-de-France" 

Narrateur.
-Paris, dans le 13e arrondissement.
Le CIDD, Centre d'information et de dépistage de la drépanocytose accueille depuis 2006 les familles qui désirent effectuer le dépistage de la maladie.
La mère d'Anaïs.
-Ma petite fille est née le 21 avril 2018.
Le père d'Anaïs.
-Elle s'appelle Anaïs.
Dr Assa Niakate, médecin responsable du Centre d'information et de dépistage de la drépanocytose (CIDD), Paris.
-L'objectif du Centre d'information et de dépistage de la drépanocytose est multiple.
Tout d'abord, on a des missions envers les professionnels de santé, mais aussi le grand public.
Nous recevons les familles dans le cadre du dépistage néonatal.
C'est-à-dire un bébé a été dépisté à la naissance, on découvre qu'il est porteur d'un trait drépanocytaire, le CIDD de la ville de Paris permet de proposer gratuitement une étude de l'hémoglobine aux parents pour identifier si le couple est à risque pour les grossesses suivantes ou les projets parentaux suivants.
Anne Antoine, infirmière, responsable administrative du CIDD, Paris.
-Bonjour.
Vous venez me voir suite à la naissance de l'enfant ?
Vous êtes au Centre d'information et de dépistage de la drépanocytose.
Votre petite fille est AS.
Déjà, j'ai une grande nouvelle, votre enfant n'est pas malade.
D'accord ?
Elle ne sera jamais, jamais malade de la drépanocytose.
C'est une bonne nouvelle.
Hein ?
Par ailleurs, ce qui m'intéresse, c'est vous, pour une unique raison, pour éviter le risque d'enfants malades, si vous voulez faire d'autres enfants.
C'est une simple prise de sang, et dans trois semaines, vous revenez dans le centre, pour le rendu des résultats auprès d'un médecin.
Narrateur.
-En France, chaque année, près de 400 cas de drépanocytose sont décelés grâce au dépistage néonatal.
La moitié de ces naissances sont concentrées en Île-de-France.
En 12 ans d'existence, le CIDD a traité plus de 9 000 dossiers.
Grâce à ce suivi, 80 couples à risque ont pu être orientés vers des conseillers génétiques afin d'éviter de transmettre la maladie.
Anne Antoine, infirmière, responsable administrative du CIDD, Paris.
-Ça va, monsieur ?
Dr Assa Niakate, médecin responsable du Centre d'information et de dépistage de la drépanocytose (CIDD), Paris.
-Beaucoup de parents d'enfants malades ignoraient leur statut.
Et l'idée du CIDD, c'est de permettre qu'un maximum de personnes connaissent leur statut de porteur sain et, en connaissance de cause, puissent élaborer leurs futurs projets parentaux.
Narrateur.
-Ce dépistage est aujourd'hui l'examen de prévention le plus efficace pour éviter la transmission de la maladie.

La Drépanocytose, une maladie du sang

Réalisation : Matthieu Pradinaud

Production : BCI Communication, en partenariat avec Universcience, l'Inserm, l'ARS Guadeloupe, l'IRD et France Télévisions

Année de production : 2018

Durée : 2min49

Accessibilité : sous-titres français