Infiniment petit Publié le

Miroir de Bragg

Ingénieur et photographe passionné, il a saisi, sans la retoucher, cette image de couches nanométriques. Une image du grand escalier d'un palais abandonné, un monde déserté de ses étranges habitants ?

Un épisode de la série « Infiniment petit ».

Réalisation : Jean-Marc Serelle

Production : Cité des sciences et de l'industrie, CNRS Images

Année de production : 2009

Durée : 1min56

Miroir de Bragg

À la ville, il est ingénieur. Il étudie et améliore des diodes laser à semi-conducteurs, de microscopiques composants capables de détecter et d’identifier n’importe quel gaz dans l’air, même en proportion infinitésimale.

A la scène, il est photographe, avec passion. Il aime saisir l’instant, la vie telle qu’elle est, sans jamais recadrer ni retoucher, sans tricher.

L’instantané est son éthique.

Ce jour-là, un jour comme les autres, il a placé dans l’ultravide du microscope électronique un minuscule miroir de Bragg en cours de fabrication.

Il a contrôlé l’épaisseur des couches nanométriques,

vérifié la régularité de la courbure du miroir, sa géométrie, sa gravure.

Mais il a aussi vu les débris, la poussière sur le toit en résine photosensible,

Il a découvert, perdue dans la profondeur de champ, la volée de marches du grand escalier d’un palais abandonné,

il a pressenti un monde déserté de ses étranges habitants,

dans une dimension inconnue, vertigineuse.

Ses collègues lui ont dit : - « Mais enfin, nettoie ça ! ».

Mais lui, sans recadrer, sans rien toucher, a appuyé sur le déclencheur.

Coupe d’un « miroir de Bragg » - Microscopie électronique à balayage

Pierre GRECH – Institut d’Electronique du Sud - IES Montpellier (CNRS /Université Montpellier 2)

Didier COT - Institut Européen des Membranes - IEM Montpellier (ENSCM/CNRS/Université Montpellier 2)

Réalisation : Jean-Marc Serelle

Production : Cité des sciences et de l'industrie, CNRS Images

Année de production : 2009

Durée : 1min56