Actu de science Diffusé le

L’herbe-aux-chats, euphorisante, mais pas seulement

Les félins adorent se frotter contre « l’herbe-aux-chats ». Et pas seulement parce qu’elle leur procure un sentiment d’euphorie ! Une équipe scientifique anglo-japonaise vient en effet de réaliser une découverte étonnante…

Réalisation : Anaïs Poncet

Production : Universcience

Année de production : 2021

Durée : 2min10

Accessibilité : sous-titres français

L’herbe-aux-chats, euphorisante, mais pas seulement

Les chats adorent se frotter contre la vigne argentée ou la cataire, aussi appelée « herbe-aux-chats ». Mais leur fort pouvoir euphorisant n’est peut-être pas la seule raison pour laquelle les chats raffolent de ces plantes. Une équipe scientifique anglo-japonaise vient en effet de réaliser une découverte étonnante…

Les chercheurs ont isolé et étudié les composants biochimiques des feuilles de la vigne argentée. Le but ? Déterminer lequel avait le plus fort pouvoir euphorisant.  Ils ont découvert qu’il s’agissait du népétalactol, un composé déjà identifié mais peu étudié. Appartenant à la famille des iridoïdes, il protège notamment les plantes des infections microbiennes.

Reproduit en laboratoire, le népétalactol a été déposé sur des morceaux de papier et présenté à plusieurs félins : chats, jaguar, léopard et lynx. Tous se sont frottés au papier avec délectation, puis roulés au sol pendant quelques minutes avant de plonger dans un état léthargique de plusieurs heures.

Ce produit agit en effet comme une drogue légère et semble faire intervenir le système opioïde régulant le circuit de la récompense. En inactivant les récepteurs opioïdes des chats, les chercheurs ont constaté que cela diminue leur réponse au népétalactol : les félins se roulent moins au sol. Un changement comportemental lié à un ressenti moindre des effets euphorisants de la molécule.

Les chercheurs ont fait une autre découverte importante : comme son cousin le népétalactone, le népétalactol a un fort pouvoir répulsif contre les moustiques ! Et un simple frottement de tête des félins contre cette molécule suffit à transférer les produits chimiques à leur pelage et à les protéger. Un avantage sélectif qui pourrait être à l’origine du comportement si typique des chats en présence de plantes riches en népétalactol.

De quoi rêver à la mise au point d’un répulsif anti-moustiques d’un nouveau genre chez l’Homme…

Réalisation : Anaïs Poncet

Production : Universcience

Année de production : 2021

Durée : 2min10

Accessibilité : sous-titres français