Chroniques végétales Diffusé le

Le ciste cotonneux

Adapté au climat méditerranéen, ses branchages très inflammables favorisent les incendies, qui eux-mêmes permettent aux graines de se développer et ainsi de régénérer la garrigue. La nature ne cesse de nous étonner !

Un épisode de la série "Chroniques végétales".

Réalisation : Anaïs Bollègue , Olivier Marcon

Production : Les Films Invisibles, Arte GEIE, en partenariat avec Universcience, la région Occitanie, le département du Gard

Année de production : 2018

Durée : 3min03

Accessibilité : sous-titres français

Le ciste cotonneux

Le Ciste cotonneux : (Cistus albidus L.)

 La garrigue est un territoire aride, écrasée sous le soleil méditerranéen. Cependant, chaque année au printemps, ce paysage rude se pare d'innombrables touches roses.  On pourrait croire, en l'observant à distance, avoir affaire à des roses sauvages.  En s'approchant, on peut distinguer les belles fleurs chiffonnées du Ciste cotonneux.  Petit arbrisseau vivace de 50 à 80 cm de haut, ses feuilles, accrochées à ses rameaux par paires, sont recouvertes d'un duvet dense et soyeux de couleur blanche. C'est à lui qu'il doit son surnom de « Ciste Blanc » dans la plupart des pays d'Europe. Ses fleurs possèdent cinq pétales, 0 et comme ceux des coquelicots, ils mériteraient un bon coup de fer à repasser.  Au centre, trônent ses étamines, d'un bel orange vif. Ses fruits, des capsules sèches, s'ouvrent par des valves pour relâcher un grand nombre de petites graines.  Sous ses airs de jolie fleur se cache pourtant un terrible vice.  Le Ciste est pyrophile. Il aime le feu, et le feu l'aime en retour. La garrigue a été parcourue par de nombreux brasiers au fil des siècles. Ici, les troncs calcinés font souvent partie intégrante du paysage. A chaque nouvelle flambée, se joue la reconquête de ce terrain, où les plantes bataillent pour se faire une place. Les graines du Ciste, semées aux alentours, patientent au sol depuis parfois depuis plusieurs années, avant d'entrer en action.  A chaque fois que le sol s’embrase et atteint les cent cinquante degrés, elles sortent de leur sommeil et colonisent alors le terrain vierge.  En retour, l'arbuste fournit au brasier des branchages extrêmement inflammables, qui propagent le feu aux espèces environnantes. Le Ciste s'est adapté à son milieu et aux contraintes de la sécheresse. Ici aussi chez les plantes tout est histoire de survie. Il n'y a pas que dans la garrigue que le Ciste part en fumée. En période de pénurie durant les guerres, on le fumait à la place du tabac. Jusqu'au début du 20ème siècle, à l'époque où l'homme exploitait les garrigues, on le coupait en masse pour alimenter les fours à pain. Il existe bien d'autres variétés de Ciste à découvrir. Si certains sont aussi connus pour leur vertus, tous n'ont pas une histoire aussi captivante que celle du Ciste Cotonneux !

Réalisation : Anaïs Bollègue , Olivier Marcon

Production : Les Films Invisibles, Arte GEIE, en partenariat avec Universcience, la région Occitanie, le département du Gard

Année de production : 2018

Durée : 3min03

Accessibilité : sous-titres français