Actu de science Diffusé le

Le redoutable sonar des chauves-souris

Étudier la technique de chasse des chauves-souris dans leur milieu naturel et non plus en laboratoire : c’est ce qu’est parvenue à réaliser une équipe internationale. Résultat : pour repérer puis capturer leurs proies, les chiroptères utilisent leur « sonar » - l’écholocation - selon deux modalités bien distinctes.

Réalisation : Barbara Vignaux

Production : Universcience

Année de production : 2021

Durée : 1min56

Accessibilité : sous-titres français

Le redoutable sonar des chauves-souris

Le redoutable sonar des chauves-souris Pour se repérer dans l’espace, les chauves-souris recourent à l’écholocation, l’équivalent d’un sonar biologique, en émettant des ultrasons. Les ondes sonores se heurtent aux objets alentour puis leur sont renvoyées, leur fournissant ainsi une image en trois dimensions de l’environnement. Jusqu’à présent, les recherches sur le sujet ont surtout été effectuées en laboratoire, grâce à des enregistrements audio et vidéo. Mais une équipe internationale est parvenue à réaliser une étude directement dans l’environnement naturel de Myotis myotis ou Grand Murin. En Bulgarie, l’équipe a placé des balises miniatures sur dix spécimens femelles pour enregistrer leurs mouvements, leurs appels et les échos durant toute une nuit de chasse. Au total, elle a ainsi analysé plus de 370 captures d’insectes en plein vol, jugées concluantes aux bruits de mastications des chauves-souris. L’analyse de ces données confirme l’extraordinaire efficacité de la technique de chasse de ces chiroptères et révèle qu’elle se déroule en deux phases. Dans un premier temps, les animaux émettent des cris forts et intenses pour optimiser leurs chances de détecter un insecte dans l’environnement. Puis, leur proie une fois repérée, elles réduisent par dix le volume de leurs cris mais multiplient leur nombre pour préciser la position de leur futur repas. Cette seconde phase leur permet de se concentrer sur un seul flux d’écho, proche mais faible, et d’éliminer les échos parasites des objets plus éloignés. Elle confirme l’excellente sensibilité auditive des chauves-souris, comparable à celle des hiboux ou des chats. Dernière preuve, s’il en fallait, que les chauves-souris sont des prédatrices redoutables, cette dernière phase dure moins d’une demi-seconde.

Réalisation : Barbara Vignaux

Production : Universcience

Année de production : 2021

Durée : 1min56

Accessibilité : sous-titres français