Sur les traces de… Diffusé le

Richard Dawkins | Le phénotype étendu

Le castor construit des barrages, c'est là que se manifeste l'expression de ses gènes au-delà de son corps. Un exemple parmi tant d'autres pour illustrer le concept de phénotype étendu décrit par l'éthologiste britannique Richard Dawkins en 1982 dans son ouvrage du même nom.

Un épisode de la série "Sur les traces de...".

Réalisation : Mathieu Perdoncin

Production : Universcience, Educagri éditions, Dimson, France Télévisions

Année de production : 2012

Durée : 2min09

Accessibilité : sous-titres français

Richard Dawkins | Le phénotype étendu

Le phénotype étendu 1.

En 1982, Richard Dawkins introduit le concept de "phénotype étendu" dans son ouvrage du même nom. Richard Dawkins considère le phénotype étendu comme étant sa plus importante contribution à la théorie de l'évolution de Darwin. 2. Il nous invite à réfléchir à la relation complexe qui lie le phénotype, c'est-à-dire l'ensemble des traits physiques d'un organisme, aux gènes qui concourent à son expression. 3. L'effet des gènes ne se limite pas à l'enveloppe physique des individus, il va bien au-delà, jusque dans les conséquences de l'action des organismes sur leur environnement. 4. Ainsi l'expression des gènes du castor ne se limite pas à l'individu en lui-même. Le barrage du castor constitue un prolongement de l'expression de ses gènes... en dehors de son corps ! C'est le phénotype étendu ! Le barrage, lorsqu’il est correctement construit, assure au castor survie et descendance, et donc la prospérité des gènes qui influencent le comportement de construction du barrage au fil des générations. 5. A bien y réfléchir, les exemples de phénotype étendu sont légions : nid des oiseaux, termitière, coquille, toile d'araignée… Mais le cas de phénotype étendu le plus fascinant est sans nul doute celui des parasites manipulateurs. 6. L'effet de ces parasites sur le comportement ou l'apparence de leur hôte favorise leur propre transmission à un nouvel hôte… souvent au dépend de ce dernier ! 7. Tel ce vers parasite qui fait ressembler l'abdomen des les fourmis qui l’hébergent, à une baie rouge. Les parasites leurrent tout d'abord les oiseaux qu'ils utilisent comme véhicule, et ensuite les fourmis, gourmandes des fruits retrouvés dans leurs déjections, qui les apporteront dans une nouvelle fourmilière. 8. Alors ? Que faut-il en retenir ? Dawkins le dit lui-même : "Dans le monde du phénotype étendu, ne vous demandez pas comment le comportement d'un animal bénéficie à ses gènes… Demandez-vous plutôt à quels gènes il bénéficie". 9. Cette notion de phénotype étendu nous amène à considérer que l'adaptation des organismes, par le processus de sélection naturelle, passe aussi par cette capacité à modeler son environnement. C'est une forme d'ingénierie écologique !

Réalisation : Mathieu Perdoncin

Production : Universcience, Educagri éditions, Dimson, France Télévisions

Année de production : 2012

Durée : 2min09

Accessibilité : sous-titres français