image légendée

Vue d'artiste d'un des futurs atterrisseurs lunaires © Nasa

Plus de 50 ans après la dernière sonde automatique américaine sur le sol lunaire, la Nasa vient de passer des contrats avec trois sociétés privées pour déposer des robots sur notre satellite.

Les trois sociétés ont été sélectionnées pour déposer en douceur du matériel sur le sol de la Lune. Ce programme, appelé Commercial Lunar Payloads Services, représente la première vague d’engins appelés à rejoindre la Lune dans le cadre du programme Artemis de retour vers la Lune en 2024.

Le premier engin à se poser sur la Lune devrait le faire en septembre 2020. Il sera construit par la société Orbit Beyond, sera lancé par une fusée Falcon 9 et devrait se poser au nord de l’équateur lunaire. Il servira entre autres à caractériser la dynamique des gaz d’échappement de moteurs-fusées dans le vide. Cette société a reçu 97 millions de dollars pour réaliser la sonde.

Deux autres sociétés ont été sélectionnées : Astrobotic et Intuitive Machines. Toutes deux ont reçu des sommes comparables pour faire atterrir plusieurs sondes en douceur, dans le Lacus Mortis pour Astrobotic et dans Oceanus Procellarum pour Intuitive Machines.

Il s’agit là d’une grande nouveauté, car ces sociétés seront responsables de la conception, du développement et de la mission de ces atterrisseurs. Jusqu’à présent, aucun engin privé n’a réussi à se poser sur la Lune. La dernière tentative, celle de Beresheet développée par un consortium israélien, a échoué au mois d’avril dernier.