image légendée

Découvert près de Rome, ce caillou taillé serait le plus ancien calendrier au monde © Université Sapienza de Rome

Le plus ancien calendrier est peut-être un caillou gravé, découvert en 2007 dans les monts Albains, au sud-est de Rome.

Remontant peut-être à la fin du pléistocène, ce caillou lisse montre sur ses arêtes trois séries de traits régulièrement espacés. L’une des séries compte sept traits gravés, la seconde neuf ou dix, et la troisième onze traits, espacés régulièrement et symétriquement le long de chaque arête. Le nombre (27 ou 28) et la distribution spatiale des marques gravées suggèrent que ces incisions pourraient être basées sur le cycle lunaire.

D’après Flavio Altamura, de l’université Sapienza de Rome, les gravures n’ont pas toutes été réalisées en même temps ni avec le même outil, ce qui suggère qu’elles ont servi à compter et calculer ou conserver l’information durant une durée étalée. 

Le fait que ces gravures correspondent au nombre de jours dans un mois lunaire donne à penser qu’il s’agissait d’un calendrier lunaire utilisé par des sapiens. 

Il sera bien difficile de prouver cette hypothèse, mais elle montre au moins que l’image de nos ancêtres a évolué. De brutes épaisses, ils sont devenus des êtres doués de préoccupations intellectuelles et de sensibilité.

Image légendée

Quatre vues de cet hypothétique calendrier © Université Sapienza de Roma