Corpus, au coeur des organes Dernière diffusion le

Les hormones féminines comme vous ne les avez jamais vues

Le cycle ovarien est régulé par toute une série d’hormones antagonistes dont la quantité présente dans le sang varie tout au long des 28 jours du cycle. Comment s’opèrent les contrôles respectifs et réciproques du cerveau et de l’appareil génital sur son fonctionnement ?

Un épisode de la série « Corpus ».

Pour en savoir plus sur le corps humain : le site Corpus.

Réalisation : Marc Desenne

Production : Canopé-CNDP, Universcience, MGEN, Inserm, Educagri

Année de production : 2014

Durée : 4min13

Accessibilité : sous-titres français

Les hormones féminines comme vous ne les avez jamais vues

Narratrice

-Au cours de la vie embryonnaire, un stock de cellules appelées ovocytes se forme dans l'ovaire.

À partir de la puberté et jusqu'à la ménopause, un ovocyte est expulsé chaque mois par un des deux ovaires.

Recueilli par le pavillon de la trompe, il devient un ovule.

L'ovulation est donc un phénomène cyclique mais ne représente qu'une étape du fonctionnement de l'ovaire.

Au début d'un cycle, certains ovocytes se préparent à être expulsés.

Ils sont contenus dans des follicules.

La taille des follicules augmente pendant les quatorze premiers jours du cycle.

L'un d'eux devient plus imposant que les autres.

C'est lui qui va libérer son ovocyte le quatorzième jour.

Après l'ovulation, ce qui reste du follicule dans l'ovaire se transforme en corps jaune.

Il se maintient pendant quatorze jours, puis dégénère et le cycle recommence.

Pendant ce cycle ovarien, un autre organe change d'aspect, l'utérus.

Pendant les cinq premiers jours, sa muqueuse est évacuée, ce sont les règles ou menstruations.

Cette muqueuse se reconstitue durant les neuf jours suivants, période au cours de laquelle sa taille augmente.

Après l'ovulation et pendant les quatorze derniers jours, la muqueuse change d'aspect.

Elle forme une dentelle utérine très vascularisée.

Ces transformations la rendent apte à recevoir un embryon au cas où un rapport sexuel non protégé a lieu, donnant lieu à une fécondation entre l'ovule et un spermatozoïde.

Les propriétés du col de l'utérus sont aussi synchronisées avec le cycle ovarien.

Durant les onze premiers jours, le mucus présent au niveau du col forme un maillage resserré qui empêche les spermatozoïdes de pénétrer dans la cavité utérine en cas de rapport sexuel.

Quelques-uns y arrivent cependant.

Dans les jours autour de l'ovulation, du douzième au seizième jour environ, ce maillage se relâche.

Le mucus, ou glaire cervicale, devient filant, il laisse passer les spermatozoïdes plus facilement.

C'est le moment où une fécondation a le plus de chance de se produire et de donner lieu à une grossesse.

En fin de cycle, le maillage se resserre et la cavité utérine est à nouveau moins accessible.

Le synchronisme des cycles ovarien et utérin ne doit rien au hasard.

L'ovaire, au cours du cycle, sécrète, en plus ou moins grande quantité, deux hormones dans le sang qui vont agir sur l'utérus, les œstrogènes et la progestérone.

Au début du cycle, la concentration sanguine des deux hormones est très faible, c'est ce qui cause les règles.

Les œstrogènes sont surtout sécrétés pendant les neuf jours suivants.

L'utérus réagit alors en régénérant sa muqueuse.

Avant le onzième jour, la concentration limitée en œstrogènes agit sur le col de l'utérus en induisant un maillage resserré.

Après le onzième jour, la concentration en œstrogènes atteint un seuil qui entraîne le relâchement du maillage de la glaire, elle devient filante.

Après l'ovulation, quatorzième jour, de la progestérone est sécrétée.

Elle induit les transformations de la muqueuse et le retour à un maillage serré de la glaire cervicale.

Réalisation : Marc Desenne

Production : Canopé-CNDP, Universcience, MGEN, Inserm, Educagri

Année de production : 2014

Durée : 4min13

Accessibilité : sous-titres français