Bizarre ? Bizarre ! Dernière diffusion le

Pourquoi le sexe ?

Pourquoi s’y mettre à deux pour faire ce que l’un des deux aurait pu faire tout seul ? Cette question sur la reproduction taraude les évolutionnistes, et Pierre-Henri Gouyon en particulier (Institut de Systématique, Évolution, Biodiversité, professeur au Muséum national d’histoire naturelle).

Un épisode de la série "Bizarre ? Bizarre !"

Réalisation : Caroline Ando , Barbara Vignaux

Production : Le blob, l'extra-média (Universcience)

Année de production : 2019

Durée : 2min46

Accessibilité : sous-titres français

Pourquoi le sexe ?

Bizarre ? Bizarre ! Pierre-Henri Gouyon – Pourquoi le sexe ?

Bonjour, je m’appelle Pierre-Henri Gouyon. Je travaille sur l’évolution, l’évolution d’un certain nombre de grandes fonctions et en particulier celle du sexe. Le sexe, c’est un drôle de truc parce qu’on a l’habitude d’y penser et de savoir à peu près comment ça marche à partir d’un certain âge. Simplement, le problème que se posent les évolutionnistes peut paraître bizarre, c’est qu’on se demande pourquoi le sexe ?  Et quand on y réfléchit, ça devient vraiment très très curieux parce que le sexe, c’est s’y mettre à deux pour faire ce que l’une des deux aurait pu faire toute seule. En réalité, les enfants sont produits essentiellement par les femelles. Il y a quelques espèces dans lesquelles les mâles servent à quelque chose, mais c’est plutôt l’exception que la règle.Il y a quelques oiseaux où les mâles élèvent les enfants, chez certains mammifères ils les défendent un peu, mais enfin bon, c’est vraiment pas grand-chose. Quasiment tout le travail de production de l’enfant est réalisé par la femelle et cette femelle, et elle va faire une grosse cellule qu’on appelle un ovule, elle va ensuite mettre autour tout ce qu’il faut pour nourrir le petit futur, un œuf, un placenta, elle va même chez les mammifères produire des glandes mammaires qui servent à nourrir l’enfant après, donc c’est vraiment un énorme travail. Et le mâle, là-dedans, il ne fait rien. Il apporte juste ses gènes. Or comment on appelle un individu qui vous introduit ses gènes dedans pour que vous le reproduisiez sans rien faire lui-même ? Eh bien on appelle ça un parasite. En gros, les mâles peuvent être vus évolutivement comme des parasites pour les femelles. Simplement, ce qu’il y a de spécial dans ce parasitisme-là, c’est que quand on se fait parasiter par un parasite habituel, on ne le fait pas exprès. Alors que les femelles font exprès de se faire parasiter et elles ont tout ce qu’il faut pour se faire parasiter, des organes sexuels qui servent à ça. Et donc, l’évolution a mis en place quelque chose qui fait que les femelles sacrifient une grande partie de leur reproduction pour accepter les gènes des mâles et du coup, produisent des fils qui ne servent à rien non plus, évidemment, et c’est très facile de montrer que si les femmes se débrouillaient pour se passer de mâles, ce qui arrive d’ailleurs dans un certain nombre d’espèces, à ce moment-là, elles se reproduiraient beaucoup mieux et que les mâles disparaitraient et le sexe aussi. Donc comment se fait-il que ce mode de reproduction extraordinairement inefficace, extraordinairement coûteux, non seulement se perpétue dans pas mal d’espèces, mais en plus soit présent dans une majorité des espèces. Eh bien ça, c’est une des bizarreries de la nature qui demande pas mal de travail et sur lequel il y a encore des débats parmi les évolutionnistes. 

Réalisation : Caroline Ando , Barbara Vignaux

Production : Le blob, l'extra-média (Universcience)

Année de production : 2019

Durée : 2min46

Accessibilité : sous-titres français