Au tableau Yannick Pesson ! Latest broadcast

Pourquoi stocker le CO2 ?

Feutres en main, Yannick Peysson, chercheur sur les énergies nouvelles à l’Institut français du pétrole, dessine le fragile équilibre climatique de notre planète, gravement perturbé depuis 200 ans par les émissions de gaz à effet de serre. Parmi les solutions, l’enfouissement du CO2 dans le sous-sol...

Un épisode de la série « Au tableau Yannick Peysson ! ».

Réalisation : Roland Cros

Production : Universcience

Année de production : 2011

Durée : 5min45

Accessibilité : sous-titres français

Pourquoi stocker le CO2 ?

AU TABLEAU !

Yannick Peysson

Alors dans, dans la lutte contre le réchauffement climatique, on parle souvent de stockage géologique du CO². On peut se poser la question mais pour, pourquoi vouloir stocker dans le sous-sol, ce CO² ? Alors, pour aborder cette question, il faut parler de l'effet de serre et du CO². Donc, c'est la question qu'on va aborder ici. Effet de serre, et le lien bien-sûr avec le CO². Et on verra pourquoi ça peut être intéressant de le stocker géologiquement. Alors l'effet de serre c'est quelque chose, comme son nom l'indique hein, qu'on va rencontrer dans une serre ou qu'on va rencontrer également, on l'a tous vécu, dans sa voiture lorsqu'on la laisse au soleil. Alors au niveau de la Terre, le mécanisme est le même, même s'il est un tout petit peu plus complexe. Donc voilà le Soleil qui va émettre du rayonnement lumineux mais aussi de chaleur sur la Terre. Et ce rayonnement, cette énergie va, va réchauffer la Terre, créer une température de la Terre. Si la, l'atmosphère terrestre était totalement transparente au rayonnement, qu'est-ce qu'il se passerait ? Cette énergie fait croître la température de la Terre, mais pas jusqu'à une température infinie, hein. Si on place un corps face au Soleil, il va se réchauffer, mais il va pas augmenter sa température de manière indéfinie. D'ailleurs c'était une question qui a été résolue d'abord par Joseph Fourier, il y a à peu près 200 ans et qui se posait la question mais comment se fait-il qu'on ait une température d'équilibre ? Parce qu'on obtient une température d'équilibre. Eh bien, ce mystère c'est que simplement tout corps va rayonner également et va rayonner en fonction de sa température mais un spectre de rayonnements qui est bien sûr différent du Soleil. Chaque corps va rayonner quelque chose de différent. Eh bien, la Terre c'est la même chose, si jamais il n'y avait pas de, d'effet de serre, la température sur Terre serait de -18°C. Et cette température assurerait l'équilibre entre l'énergie reçue par le Soleil et l'énergie ré-émise par la Terre. Hein, sous forme de rayonnements alors plutôt infrarouges. Voilà. Or, l'atmosphère, qui est une fine couche que j'ai dessinée ici, contient des gaz à effet de serre. Ça c'est très important. Gaz à effet de serre qu'on va détailler plus loin. Et ces gaz à effet de serre, en fait, eh bien ils vont piéger une partie du rayonnement qui est ré-émis. Donc le rayonnement qui est ré-émis re-converge vers la Terre. Alors à ce moment-là, la situation change. La Terre, la fine couche atmosphérique va augmenter sa température, pour que le rayonnement augmente vers, vers l'univers. Donc la température sur Terre va passer de -18 à 15°C, (qui est une température un peu plus raisonnable) pour pouvoir équilibrer le rayonnement ré-émis avec le rayonnement incident. Et ces, ces deux rayonnements sont égaux, nous sommes dans un système à l'équilibre. Alors quels sont les gaz à effet de serre qui vont assurer ce passage de cette température à 15°C ? Le premier gaz à effet de serre, qui a un rôle majeur, c'est la vapeur d'eau. On voit bien qu'il y a des nuages dans le ciel, de la vapeur d'eau, et un rythme très compliqué d'ailleurs hein, d'échange d'eau sur, dans le cycle de l'eau, sur Terre. Et cette, cette contribution de la vapeur d'eau, assure le passage de -18°C à 15°C. Le deuxième constituant gaz à effet de serre, c'est le CO², c'est le dioxyde de carbone. C'est là qu'il intervient dans notre histoire. Et ce, ce CO² va assurer également une composante à l'effet de serre. Il y a d'autres gaz aussi, mais en, qui jouent un rôle moins important, comme le CH4 : le méthane, l'ozone et bien d'autres hein. Mais les deux principaux sont ceux-là. Donc la vapeur d'eau est présente à 0,3 % dans l'atmosphère. Et le CO² encore moins : 0,03 % à peu près. Mais alors la différence entre les deux, la grande différence entre les deux, c'est que la vapeur d'eau ne s'accumule pas. Si on a beaucoup d'eau dans l'atmosphère eh bien il pleut tout simplement, et on le constate assez régulièrement. Le CO² par contre, c'est une forme très stable du carbone, c'est un résidu de combustion et malheureusement ce CO² s'accumule et reste dans l'atmosphère. Donc, depuis disons l'aire industrielle, depuis 200 ans, où on va utiliser de l'énergie en brûlant des hydrocarbures : charbon, pétrole, gaz, eh bien, petit à petit, le CO² s'accumule dans l'atmosphère. Et cette composante joue un rôle dans l'effet de serre et va augmenter, va ajouter une petite composante, mais quand même qui va jouer quelques degrés. Mais surtout l'enjeu maintenant, c'est que si on continue à accumuler du CO² dans l'atmosphère, eh bien on va vers un réchauffement climatique. Conclusion : que faire pour bloquer, pour limiter cette accumulation de CO² ? Des économies d'énergies si on rejette moins de CO², eh bien ce sera, on ira dans le bon sens. On peut utiliser des énergies décarbonées, énergies renouvelables, des énergies qui n'émettent pas du CO², ou on peut capter le CO² dans des grandes sources qui en produisent beaucoup, typiquement une usine électrique fonctionnant au charbon, par exemple, et on l'injecte dans le sous-sol, dans des zones adéquates, de manière permanente à des temps très long, et on évite ainsi, tout en produisant de l'énergie, une accumulation du CO² dans l'atmosphère. Et on espère ainsi, pouvoir limiter le réchauffement climatique.

Réalisation : Roland Cros

Production : Universcience

Année de production : 2011

Durée : 5min45

Accessibilité : sous-titres français