Mai 68, la science s’affiche ! Publié le

« Merde aux mandarins ! »

« En médecine comme partout, plus de grands patrons ! ». Avec Mai 68, c’est tout le modèle paternaliste de la connaissance et de l’organisation sociale qui s’effondre, dans les labos, les services hospitaliers, les universités... Partout, étudiants et jeunes chercheurs s’attaquent à la hiérarchie, à une autorité qu’ils n’acceptent plus et crient haut et fort « Merde aux mandarins ! ». Avec Jean-Jacques Dupin (physicien et didacticien, Université de Provence), Pierre Papon (physicien, CNRS), Ségolène Aymé (médecin généticienne et épidémiologiste, Inserm), Boris Cyrulnik (neuro-psychiatre), Pierre Clément (biologiste, Université Lyon I), Alfred Spira (médecin, épidémiologiste, Inserm), Pierre Papon (physicien, CNRS).

Un épisode de la série « Mai 68, la science s’affiche ! ».

Réalisation : Guillaume Darras , Baudouin Koenig , Cédric Piktoroff

Production : Universcience, Schuch production, Inserm, CNRS

Année de production : 2018

Durée : 5min25

« Merde aux mandarins ! »

MAI 68, la science s’affiche

Épisodes Scriptés

Épisode 2 : Merde aux Mandarins !

00:01:01

SCHUCH PRODUCTIONS PRÉSENTE

AVEC LE SOUTIENT DE L’INSERM

EN COPRODUCTION AVEC CNRS IMAGES

EN ASSOCIATION AVEC UNIVERSCIENCE

MAIS 68 LA SCIENCE S’AFFICHE

00:08

00:09

Jean-Jacques Dupin

"Brisons les vieux engrenages" je crois que c'était effectivement ce qui portait ma génération à cette époque, quoi. On vivait dans un monde de carcans, et tout, et il fallait briser ces carcans.

II. MERDE AUX MANDARINS !

00:29

Pierre Papon

Les jeunes que nous étions, si je puis dire, dans les années 60, moi jeune chercheur au CNRS, on avait peu notre mot à dire sur l'organisation des laboratoires, les orientations scientifiques, qui étaient largement, disons, le fait des patrons de labos, des grands patrons…

00:51

Ségolène Aymé

La chape de plomb qui était, qui pesait sur la société pesait aussi sur la science. Cette science là elle était très conformiste, c'est vrai, parce que c'était un modèle paternaliste de la connaissance et de l'organisation sociale.

01:12

Boris Cyrulnik

Je me souviens très bien de cette scène médiévale où un jeune externe, c'est-à-dire un jeune étudiant en médecine qui commence à avoir des responsabilités, a un pépin familiale assez important, et il va voir le patron : "Monsieur, est-ce que je peux ne pas venir demain matin ?" Et le patron s'est tourné vers le chef de clinique : "Dites-lui que je veux qu'il vienne quand même demain." C'est-à-dire qu'un patron ne s'adressait pas à un externe, il fallait qu'il passe, comme à l'armée, il fallait qu'il passe par la hiérarchie militaire, qui était aussi la hiérarchie sociale.

01:46

Pierre Clément

On mettait des blouses blanches, tout le monde, à cette époque-là. Et moi, déjà, je ne mettais pas de cravate. Et le patron du labo il m'a dit "mais vous m'agressez, en ne mettant pas de cravate !" Et moi je lui ai répondu du tac-au-tac "mais moi vous m'agressez en mettant une cravate !" Et on avait comme ça des petits gestes, et des petits signes qui étaient de la rébellion anti-hiérarchique.

02:12

Pierre Papon

Mai 68 s'explique probablement un peu par cette contestation de l'autorité, y compris d'ailleurs dans la recherche !

02:25

Alfred Spira

"Merde aux Mandarins. Meeting le 9 à 17h30" J'y étais à ce meeting, effectivement. Merde aux mandarins. On a établi un dialogue extrêmement fructueux avec certains de ces mandarins. Qui sont fustigés là et qu'on fustigeait. C'est-à-dire certains profs qui étaient, eux, pas individuellement attachés à leurs privilèges et à leurs pouvoirs.

02:48

02:51

(Archives : mandarin face-caméra : "Je dois dire, pour ma part, que je partage leur opinion sur bien des points. Mais pas dans toutes leurs revendications. Il en est qui ne sont pas soutenables, comme je l'ai déjà indiqué.

03:04

03:10

Boris Cyrulnik

Après Mai 68, en quelques mois, tout à été bouleversé. On a changé nos relations, dans les services hospitaliers, dans les administrations…

03:20

Jean-Paul Malrieu

Les patrons ont été secoués dans beaucoup d'endroits. Ils se sont souvent crispé, donc les rapports ont pu être tendus. Et tout ça a donné lieu à des épisodes qui ont été racontés dans cet espèce de bulletin qui s'appelait Labo-Contestation.

03:35

03:37

Pierre Clément

Le numéro 1 de Labo-Contestation c'étaient des petites histoires de la vie quotidienne dans les laboratoires qui ont été rendus anonymes. Et ce qui est marrant, c'est que des tas de gens se sont reconnus dans des histoires en étant sur qu'il y aurait leur nom derrière alors que ça venait d'une autre ville !

03:55

04:03

Jean-Jacques Dupin

Les retombées de Mai 68, c'est que très rapidement après avoir participé à des grands labos, on a décidé de créer une espèce d'équipe de recherche autogérée avec un certain nombre de collègues. C'était d'abord un mouvement anti-mandarins pour montrer que on était capables de faire de la science ! Et d'une certaine façon on y est arrivés.

04:25

Alfred Spira

Je suis devenu un mandarin moi-même. Voilà. Alors on employait plus le terme mandarins mais je suis devenu professeur, chef de service, directeur d'unité de l'INSERM, membre de l'Académie National de Médecine, donc ce qu'on appelait à  ce moment-là un mandarin.

Je suis néanmoins toujours aussi révolté, je peux le dire, contre le système mandarinal.

04:46

Jean-Jacques Dupin

À un moment on s'appelait Militants Institutionnels. Enfin c'est-à-dire montrer qu'il était possible de changer l'institution en allant vers, pour aller vers un monde plus démocratique, plus ouvert.

05:00

UNE SÉRIE ÉCRITE ET RÉALISÉE PAR

GUILLAUME DARRAS, CÉDRIC PIKTOROFF ET BAUDOUIN KOENIG

SUR UNE IDÉE ORIGINALE DE

JACQUIE CHAVANCE

PRODUITE PAR

MATHILDE RACZYMOW ET ANNE SCHUCHMAN-KUNE

DÉVELOPPÉE AVEC LE CONCOURS DE L'INSERM

IMAGE

BAUDOUIN KOENIG

MONTAGE ET GRAPHISME

GUILLAUME DARRAS ET CÉDRIC PIKTOROFF

MONTAGE SON ET MIXAGE

MIKAËL KANDELMAN

ÉTALONNAGE

GRAZIELLA ZANONI

ASSISTANTS DE PRODUCTION

JIM SUPE

MORGANE BRAUN

STAGIAIRES DE PRODUCTION

ADRIEN STOCLET

YASMIN YRONDI

ADMINISTRATEUR DE PRODUCTION

GILLES BAUDOIN

MUSIQUES ADITIONNELLES

LA FAUTE À NANTERRE ET LA RÉVOLUTION

ARCHIVES DE LA COLLECTION

Y’A QU’À PAS BAISER !

RÉALISATION CAROLE ROUSSOPOULOS

PRODUCTION : VIDEO OUT, 1971, N&BL., 17 MIN

ISSU DU FONDS DU CENTRE AUDIOVISUEL SIMONE DE BEAUVOIR

LE GRAND TÉLESCOPE DE L’OBSERVATOIRE DE HAUTE-PROVENCE DE CLAUDE GUILLEMOT

 GUY PEROL ET CNRS, 1959

DOSSIER PENARROYA : LES DEUX VISAGES DU TRUST

 DOMINIQUE DUBOSC

ET MAINTENANT, RÉAL. GILBERT LARRIAGA, 1968

LES ÉTUDIANTS EN MÉDECINE, 1969

LA BORDE OU LE DROIT À LA FOLIE, RÉAL. IGOR BARRÈRE, 1977

UNE FEMME ÉGALE UN HOMME ?. RÉAL. JACQUES KRIER, 1968

AUTOCRITIQUE 68/75, RÉAL. MARIE-CLAIRE SCHAEFFER, 1977

 INA-INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL

ICONOGRAPHIE

 GETTY IMAGES –COLL. MONDAMORI PORTFOLIO/KEYSTONE-FRANCE/NBC/GAMMA-RAPHO VIA GETTY IMAGES

 KEYSTONE FRANCE/GAMMA-RAPHO

 J.P CHARBONNIER/GAMMA-RAPHO

 INSERM IMAGES

 DUGUDUS

 AGIP/BRIDGEMAN IMAGES

 TOUS DROITS RÉSERVÉS

MOYENS TECHNIQUES

CANDELLA

LOCA IMAGES

AVIDIA

MEDUSON

SCHUCH PRODUCTIONS

REMERCIEMENTS

MICHEL CASSÉ, ROLAND GORI, RAYMOND SENÉ

JOËL STERNHEIMER (ÉVARISTE), DOMINIQUE DUBOSC

NICOLE FERNÀNDEZ FERRER, FULVIA ALBERTI, JULIETTE ANCÉ

MARIE LAVAIL, QUENTIN RAMEAU, AMBRE BRAGARD

LAURENT FÉNART, STÉPHANE VIGUIÉ

GAIL PARENTEAU, INÈS TAHI

Réalisation : Guillaume Darras , Baudouin Koenig , Cédric Piktoroff

Production : Universcience, Schuch production, Inserm, CNRS

Année de production : 2018

Durée : 5min25