Corpus, état de la recherche Dernière diffusion le

Alerte au méningocoque ! / Guillaume Dumesnil

Guillaume Dumesnil, microbiologiste à l’Inserm, travaille sur une bactérie capable de provoquer une infection fulgurante : le méningocoque. Cette bactérie est naturellement présente dans la gorge. Lorsqu’elle migre vers le cerveau, elle peut entraîner une méningite rapidement fatale. Comprendre les raisons de cette migration et les mécanismes d’action de la bactérie pourrait déboucher sur la mise au point de nouveaux traitements.

Un épisode de la série « Corpus ».

Pour en savoir plus sur le corps humain : le site Corpus.

Réalisation : Gérard Lafont

Production : Canopé-CNDP, Universcience, MGEN, Inserm, Educagri

Année de production : 2014

Durée : 2min51

Accessibilité : sous-titres français

Alerte au méningocoque ! / Guillaume Dumesnil

Dr Guillaume Duménil Microbiologiste,

-Je suis biologiste et plus spécifiquement, chercheur.

Nous sommes des microbiologistes puisque nous étudions comment les bactéries fonctionnent et causent des pathologies.

On est spécialisés dans une bactérie : le méningocoque.

Il fait un peu peur et à juste titre, puisqu'il cause des infections assez fulgurantes.

Une personne très bien portante peut se retrouver rapidement dans une situation très grave.

Si ça se produit au niveau du cerveau, on pense que ça va faciliter la capacité de la bactérie à sortir des vaisseaux, à accéder au liquide céphalo-rachidien et à déclencher la méningite.

Cette bactérie se trouve naturellement dans la gorge de l'homme et pour des raisons qu'on ne comprend pas, elle passe parfois de la gorge à la circulation sanguine, et enclenche un processus pathologique.

Le méningocoque n'infecte que les humains.

Ça nous complique la tâche, puisque, pour étudier cette pathologie, il nous faut des modèles animaux pour pouvoir décrire ou sonder différentes étapes de l'infection.

On a donc eu recours à une stratégie assez originale, qui consiste à greffer de la peau humaine sur des souris.

Ça nous permet d'obtenir un certain nombre de vaisseaux humains à l'intérieur de la circulation d'une souris.

C'est un outil fondamental puisqu'on peut aller faire notre travail de chercheur et démonter le système pour comprendre comment ça marche.

On a pu démontrer que la capacité de la bactérie à se coller à l'endothélium, les cellules constituant la paroi des vaisseaux sanguins, est déterminante pour déclencher la perte de la fonction des vaisseaux.

Ça nous met potentiellement sur la voie de nouvelles thérapies puisqu'on va pouvoir essayer de trouver des molécules, des futurs médicaments, qui vont bloquer ce processus-là.

Nous collaborons avec de grandes entreprises pharmaceutiques pour identifier des molécules qui bloqueront ce processus d'adhésion et, on l'espère, développer de nouveaux médicaments qui vont, en plus des antibiotiques, aider les médecins à traiter ces patients.

Réalisation : Gérard Lafont

Production : Canopé-CNDP, Universcience, MGEN, Inserm, Educagri

Année de production : 2014

Durée : 2min51

Accessibilité : sous-titres français