À bord du Nanotilus Diffusé le

Audition, quand vient le silence

Cette semaine, le capitaine Nemo part en exploration à l’intérieur de l’oreille interne... En hommage à Jules Verne, un nouvel épisode de la série « À bord du Nanotilus ».

Réalisation : François Demerliac

Production : Universcience, Inserm, Virtuel productions

Année de production : 2011

Durée : 2min52

Accessibilité : sous-titres français

Audition, quand vient le silence

- Une nouvelle méthode d'investigation du corps humain est la miniaturisation.

Grâce à elle, l'équipe de savants réunis autour du capitaine Nemo a pu sauver une jeune femme.

Ils entament une nouvelle plongée.

Que vont-ils bien pouvoir découvrir ?

- Madame ? Madame ?

- Ne vous fatiguez pas, confrère, elle ne vous entend pas.

- Ah, un problème d'audition...

- En effet.

Nous en saurons plus dans quelques instants.

Nemo et son Nanotilus explorent son oreille interne.

- Les vibrations de l'air sont transmises et amplifiées  par le tympan et les osselets jusqu'à la cochlée, emplie de liquide.

Voyez, c'est cette espèce de limaçon.

A l'intérieur se trouvent des cellules pourvues de minuscules cils.

- Je les vois !

- Ces cils sont reliés entre eux par d'encore plus minuscules filaments.

En fonction de la vibration sonore, transmise par le liquide de la cochlée, les cils basculent. Cela ouvre ou referme un petit canal au bout de chaque cil.

- Comme de petits robinets ?

- En quelque sorte. Quand le canal s'ouvre, il permet l'entrée d'ions qui excitent la cellule. Un message est transmis au cerveau par les fibres du nerf auditif

branchées sur les cellules sensorielles.

- Mais tout cela doit prendre du temps.

- Eh non ! Détrompez-vous. Ce système réagit en moins de 10 millionièmes de secondes et il est extrêmement sensible. Il peut détecter un déplacement

d'un cil de 10e de nanomètre.

- C'est la taille d'un atome.

- Le système auditif est sensible, mais fragile. Il ne compte que quelques milliers de cellules ciliées pouvant être détruites par des niveaux sonores élevés,

l'âge, des infections ou des réactions avec des médicaments.

La surdité est alors définitive. Les cellules ciliées ne peuvent se régénérer. Des implants cochléaires transformant le son en signaux électriques

et stimulant le nerf auditif, pourront permettre de récupérer une partie de l'audition.

Réalisation : François Demerliac

Production : Universcience, Inserm, Virtuel productions

Année de production : 2011

Durée : 2min52

Accessibilité : sous-titres français