Corpus, paroles de jeunes Dernière diffusion le

Paroles de jeunes sur le don

Chencho, Laura, Élise, Yaël et les autres ont entre 13 et 18 ans. Ils sont filles et garçons, vivent en ville ou à la campagne, habitent seuls ou chez leurs parents. Confrontés à la question du don, que ce soit celui de leur sang ou d’un de leurs organes, ils font preuve d’une belle générosité et d’une grande maturité, même si certains posent quelques conditions…

Un épisode de la série « Corpus ».

Pour en savoir plus sur le corps humain : le site Corpus.

​​

Réalisation : Jérôme Dubreuil , Carole Ghilini

Production : Universcience, Canopé-CNDP, MGEN, Inserm, Educagri

Année de production : 2014

Durée : 2min35

Accessibilité : sous-titres français

Paroles de jeunes sur le don

Intervenant 1

-Si je pouvais, si tout est bon, je suis prêt à donner mon sang.

Ça ne me dérange pas.

Intervenante 2

-En plus, comme je suis O positif, donc universel, je peux donner.

Et je trouve que c'est bien de faire don de son sang pour ceux qui en ont besoin.

Intervenant 3

-Je ne vois pas pourquoi je dirais non à un acte facile à faire et qui peut aider plein de personnes.

Intervenant 4

-Pour moi, le sang...

Je n'en ai pas trop...

Comment dire ?

J'en n'ai pas beaucoup mais j'en ai quand même, je suis normal.

Si je devais donner un petit peu de sang, je serais prêt.

Intervenante 5

-J'ai vu qu'il fallait un poids minimum en fonction de la taille et je ne rentre pas dans la bonne catégorie, donc je ne peux pas.

Intervenant 6

-À mes 18 ans, dans la semaine ou le mois qui suit, je vais donner mon sang.

Intervenante 2

-Quand tu as, il faut donner.

Intervenant 6

-Je ne calcule pas.

J'en donne autant qu'ils veulent.

Pas de souci.

Intervenant 4

-Tant que la piqûre est bien faite.

Intervenant 7

-Ma sœur le donne.

Elle fait partie des donneurs.

Je pars aussi dans cette optique, de le donner plus tard.

Intervenant 4

-Donner mon sang n'est pas le problème.

Il faut que la piqûre soit bien faite, parce que je ne supporte pas ça.

Intervenant 6

-Je veux donner mes organes si besoin.

Intervenante 2

-Au début, j'étais un peu réticente pour donner mes organes, mais si ça peut aider quelqu'un, autant le faire.

Intervenante 8

-Mon ami a sa carte de donneur d'organes et m'a dit de le faire.

Donc je dois le faire parce que c'est important.

On ne sait jamais.

Trop de gens n'y pensent pas et ça pourrait être utile.

Intervenant 6

-Même quand je mourrai, si mes organes peuvent être récupérés, je le veux. Bien sûr.

Intervenant 3

-Avant d'être incinéré, je peux donner des organes qui peuvent servir aux enfants malades.

Intervenant 4

-Si je donne un organe, ce n'est pas juste comme ça.

Il faut que j'aie une sorte de récompense. Si je donne un organe, j'aimerais que la mairie de Paris me donne un avantage, comme 100 euros de moins sur le loyer.

Intervenante 9

-Je préfère que ce soit pour ma famille.

Je peux donner à des amis, tout ça, mais sinon, les autres...

Intervenant 1

-J'aurais plus de facilité à donner un organe à quelqu'un que je connais, je pense.

Intervenante 5

-Je serai morte, donc ça ne me dérangera pas mais ma famille peut vouloir enterrer mon corps en entier.

Ça pourrait la déranger qu'on me découpe pour me prendre quelque chose.

Réalisation : Jérôme Dubreuil , Carole Ghilini

Production : Universcience, Canopé-CNDP, MGEN, Inserm, Educagri

Année de production : 2014

Durée : 2min35

Accessibilité : sous-titres français