Capillotracté ? Publié le

De la boule de feu à la croyance

L’ingénieur artiste Jacques Honvault prend des risques pour nous montrer le danger d’une fuite de gaz de quelques secondes. Son dispositif : un ballon rempli de butane, propane et oxygène, une bougie et une caméra ultra rapide. Il en résulte une boule de feu d’une quarantaine de centimètres ! Un épisode de la série « Capillotracté ? ». Pour en savoir plus sur Jacques Honvault.

Réalisation : Jacques Honvault

Production : Universcience, CAP Films

Année de production : 2012

Durée : 3min28

Accessibilité : sous-titres français

De la boule de feu à la croyance

Le gaz, c’est dangereux ? Pas forcément, je respire de l’air, composé de dioxygène, de diazote, de dioxyde de carbone et pleins d’autres gaz en quantités infimes.

Par contre certains gaz peuvent l’être, comme l’hydrogène, le méthane, ou le butane et le propane. Ceux sont des carburants, car ils brûlent si l’on amorce la combustion avec l’oxygène qui sera ici le comburant.

Je vais vous montrer le danger que peut représenter une fuite de gaz qui dure 7 secondes.

Je remplis ce ballon d’un mélange de butane et de propane. Pour faire la photo au bon moment…

…mon appareil photo sera déclenché automatiquement après que le micro ait capté le bruit de l’éclatement de ballon. Le retard sera de l’ordre de 200 millisecondes, le temps que la flamme devienne bien jaune. Notez que comme la boule de feu va émettre de la lumière, nous n’utiliserons pas de flash dans cette expérience. On se met dans le noir…

…et on approche la flamme.

Je vous ai bien eus ! Vous croyez que cela allait brûler ? Ce n’est pas parce que l’on parle de science que l’on n’est pas dans la croyance. Ici, la notion de science « mettre un carburant, un comburant et de l’énergie pour faire une combustion » est insuffisante. C’est comme pour la cuisine, il ne suffit pas de mettre de la farine, eau, lait, sucre pour faire un gâteau. Il faut les bonnes proportions et surtout bien mélanger.

Je remplis donc un ballon identique avec la même quantité de gaz, mais cette fois-ci, je vais y introduire de l’air et donc de l’oxygène pour être dans les limites d’inflammabilités de ce carburant. Nous pouvons retenter alors d’éprouver nos connaissances consolidées d’une nouvelle hypothèse.

Je vous montre directement le film d’une caméra rapide pris à 1 000 images par seconde et ralenti ici 40 fois, car en réalité, la combustion se passe en un instant, regardez !

Voilà comment une fuite de quelques secondes de gaz, du volume d’un œuf, peut donner une boule de feu d’une quarantaine de centimètres. Et pour le démontrer, il nous a fallu réviser nos connaissances.

Et alors ?

C’est comme si arrivés à la frontière de nos connaissances, nous ne supportions pas l’ignorance ? Comme pour le big-bang ici ; le feu originel résulte-t-il d’une action divine ou d’un simple phénomène de science qu’il nous reste à découvrir ? En absence de preuve, la rigueur nous impose d’être agnostiques, je ne sais rien, sinon nous avons toujours le choix d’une croyance.

Et vous, qu’imaginez-vous ?

Réalisation : Jacques Honvault

Production : Universcience, CAP Films

Année de production : 2012

Durée : 3min28

Accessibilité : sous-titres français