Capillotracté ? Publié le

De la goutte de pluie aux mythes et légendes

Grâce un dispositif très précis, le photographe Jacques Honvault fait la pluie (hélas pas le beau temps !) avec pour objectif de vérifier si la vérité sort d’un dessin d’enfant. Un épisode de la série « Capillotracté ? ». Pour en savoir plus sur Jacques Honvault.

Réalisation : Jacques Honvault

Production : Universcience, CAP Films

Année de production : 2013

Durée : 2min27

Accessibilité : sous-titres français

De la goutte de pluie aux mythes et légendes

La dernière fois que vous avez dessiné une goutte de pluie, quelle forme avez-vous réalisée ? Voilà ce que j’ai appris à l’école.

Tout le monde autour de moi les dessinait ainsi, c’est que cela devait être vrai ! D’ailleurs, aucun professeur ne me disait « non, non, non, ce n’est pas comme ça ». Et bien ils auraient dû ! Car une goutte de pluie n’a pas une queue pointue !

Pour en photographier une, pas question de s’en remettre à la chance. Une goutte de pluie, c’est petit et on ne sait pas où ça va tomber. Alors adoptons une attitude de laborantin. J’ai ici un réservoir rempli de 10 centimètres d’eau.

Juste en dessous un robinet très spécial comme l’attestent ces fils électriques : il s’agit d’une électrovanne. Et lorsque ma centrale de commande va envoyer un signal électrique de 30 millisecondes, alors cette canule va libérer une seule goutte d’eau.

Ainsi, je peux cadrer en macrophotographie avec une grande précision. Il ne me reste plus qu’à refaire cette expérience plusieurs fois, en décalant à chaque fois de 5 millisecondes le déclenchement de mon flash. Et pour introduire des reflets colorés dans la goutte, j’ai disposé en arrière-plan ces deux gélatines.

L’électrovanne s’ouvre secouant la surface de l’eau, puis la goutte arrive, s’étirant comme dans nos dessins d’enfance ! Mais cela ne dure pas, car, sitôt détachée, la tension superficielle sculpte la goutte, au fur et à mesure de sa chute, lui donnant une forme ronde, légèrement aplatie sous le dessous.

Et alors ?

C’est comme si la science avait supplanté un peu trop vite les légendes. La précision et la répétabilité des sciences permettent de prédire le futur, tout du moins en ce qui concerne les phénomènes relatifs à la matière. De ce fait, les traditions orales ont été rendues désuètes, car impliquant une grande part d’incertitude. Et pourtant, si cette photo nous montre qu’une goutte de pluie est plutôt circulaire, nous voyons que la forme en pointe que nous avons tous dessinée a bel et bien existé au départ du phénomène. Et s’il fallait reconsidérer la part de vrai qui existe dans tous mythes et légendes ?

Et vous, qu’imaginez-vous ?

Réalisation : Jacques Honvault

Production : Universcience, CAP Films

Année de production : 2013

Durée : 2min27

Accessibilité : sous-titres français