Sur les traces de… Diffusé le

Amotz Zahavi | Le principe du handicap chez les animaux

Voir dans le bec coloré d'un oiseau ou dans l'extravagant panache d'un paon un handicap que seuls des individus forts et endurants peuvent supporter, telle est la théorie développée par l'ornithologue israélien Amotz Zahavi... Les femelles ne s'y trompent pas car elles préfèrent précisément ces mâles !

Un épisode de la série "Sur les traces de...".

Réalisation : Mathieu Perdoncin

Production : Universcience, Educagri éditions, Dimson, France Télévisions

Année de production : 2012

Durée : 2min07

Accessibilité : sous-titres français

Amotz Zahavi | Le principe du handicap chez les animaux

Le principe du handicap 1.

Le chercheur israélien Amotz Zahavi est à l’origine d’un concept fort astucieux pour expliquer l’évolution des signaux de communication. 2. L’idée est qu’un signal est fiable pour le récepteur s'il est coûteux pour l’émetteur. Et c’est le coût du signal qui garantit son honnêteté. 3. Considérons une troupe d’antilopes qui a détecté l’approche d’un lion. Voici les antilopes qui soudain sautent en l’air et effectuent des bonds vertigineux. Amotz Zahavi interprète ces bonds comme des signaux honnêtes auxquels peuvent se fier les prédateurs. Inutile de courser les individus qui bondissent le plus haut car ils signalent ainsi de façon fiable leur capacités physiques et leur endurance. 4. Le principe du handicap a en particulier été invoqué pour expliquer l’évolution des caractères sexuels extravagants chez certaines espèces, comme par exemple la queue du paon. 5. En fait la queue du paon est assimilable à un fardeau que seuls les mâles les plus vigoureux sont capables de supporter. Un individu de faible constitution qui développerait un ornement disproportionné réduirait considérablement ses chances de survie. 6. Les couleurs jaune-orangé du bec ou du plumage de certains oiseaux semblent aussi fonctionner comme des handicaps. En effet, ces couleurs sont dues à des pigments particuliers, les caroténoïdes, que les animaux ne peuvent obtenir que dans leur nourriture et qui jouent un rôle capital dans la stimulation des défenses immunitaires. 7. Un mâle qui exhibe de belles couleurs se doit d’être en bonne santé, sans quoi il lui serait plus profitable d’allouer ses caroténoïdes à la production de défenses immunitaires. Une femelle qui choisit un mâle haut en couleur a donc toutes les chances de choisir un mâle en bonne santé. 8. Alors que faut-il en retenir ? Des comportements ou des traits physiques en apparence aberrants du point de vue de la survie de l’individu sont bel et bien adaptatifs dès lors qu’on comprend leur principale fonction : signaler la qualité de l’individu à un prédateur ou un partenaire sexuel.

Réalisation : Mathieu Perdoncin

Production : Universcience, Educagri éditions, Dimson, France Télévisions

Année de production : 2012

Durée : 2min07

Accessibilité : sous-titres français