Reportages Diffusé le

Bronchiolite : une année à part ?

L’épidémie de bronchiolite a frappé fort et précocement cette année. Mais la situation est-elle vraiment différente des autres années ? Immersion au cœur du CHI de Créteil et réponse de Sandrine Sarrazin, immunologue à l’Inserm.

Réalisation : Anaïs Poncet , Marie Brière de la Hosseraye

Production : Universcience

Année de production : 2023

Durée : 3min56

Accessibilité : sous-titres français

Bronchiolite : une année à part ?

- Il a recommencé à manger un peu ? Pas encore ? - On est arrivé aux urgences dimanche en début de matinée, Il ne mangeait plus, c’est pour ça qu’il a été hospitalisé. Maël est hospitalisé depuis 2 jours à l'hôpital intercommunal de Créteil pour bronchiolite. 30% des nourrissons de moins de deux ans sont touchés par cette infection respiratoire chaque hiver. - On va avoir une atteinte qui va être un peu différente selon l'âge : plus on est petit, plus on a une atteinte basse au niveau des alvéoles. Et quand on grandit (4, 5, 6 mois), on va avoir plus une atteinte bronchiolaire, Et quand on est adulte, on a juste un petit rhume et puis ça passe. Cette année, le virus est arrivé avec plusieurs semaines d’avance. Résultat : les hospitalisations et les passages aux urgences liés à la bronchiolite ont atteint cet automne des niveaux inédits depuis plus de 10 ans. Le nombre d'hospitalisations pour bronchiolite début décembre, au pic de l'épidémie, a dépassé de loin celui des 2 années précédentes. Un écart qui pourrait s'expliquer par le port du masque, plus strict en 2020 et 2021 que cette année. - On a beaucoup entendu dans les médias cette notion de "dette immunitaire" qui, je crois, a été très mal interprétée : ce n'est pas parce qu'on a porté des masques que notre système immunitaire a été affaibli.  Ce n'est pas du tout ça. Là où je préfère le terme de "dette d'exposition", c'est qu'en effet, s'il n'est pas exposé à un virus en particulier,  il ne peut pas fabriquer d'anticorps et reconnaître ce virus l'hiver suivant par exemple. Et puis, il y a aussi un effet de rattrapage.  Des bébés qui ont été bien protégés parce qu'on portait tous le masque donc qui ne sont pas infectés avec le RSV. Et à l'hiver suivant, ils viennent s'ajouter aux nouveau-nés qui attrapent la bronchiolite. Parmi les hypothèses pouvant expliquer l'épidémie hors norme de bronchiolite, on trouve un autre suspect : le Covid-19. Des personnes co-infectées par les deux virus se retrouveraient plus sévèrement touchées. Mais ce n'est pas tout. Des chercheurs étudient actuellement la possibilité que ce coronavirus puisse endommager la mémoire immunitaire, comme le fait notamment le virus de la rougeole. - Des bébés, qui auraient déjà rencontré le virus de la bronchiolite, s'ils ont rencontré le virus de la covid, ensuite, se retrouvent démunis au plan immunitaire contre la bronchiolite suivante. L’épidémie de Covid-19 et le port du masque ont en tout cas permis de constater une chose : le fait que les adultes portent un masque diminue drastiquement le risque d'infections respiratoires chez les enfants - Il semblerait que pour le virus de la bronchiolite, le RSV, les adultes soient vraiment les porteurs sains et les transmetteurs principaux. La triple épidémie de Covid-19, bronchiolite et grippe reflue désormais. Mais les lits fermés, par manque de moyens ou de personnels, ont mis à mal la capacité d’adaptation des hôpitaux. - Habituellement on arrive à s'adapter. On va ouvrir des lits, on va augmenter le nombre d'infirmières, on va augmenter le nombre de médecins, par exemple la nuit, mais ça nécessite d'avoir la capacité de s'organiser, ce qui a été énormément bousculé par tout ce qui s'est passé ces dernières années. En pratique, on a un tri. On ne peut pas dire qu'on ne trie pas quand on s'adapte justement et qu'on diminue nos filtres. Ça veut dire que vous avez un enfant que, normalement entre guillemets. vous garderiez par sécurité parce que vous pensez que le risque qu'il évolue et qu'il aggrave en fait sa fonction respiratoire est important. Ce même enfant, vous n'allez pas le garder parce que vous n'avez pas de lit et que vous devez garder votre lit pour un enfant qui a déjà une atteinte respiratoire importante et que vous ne pouvez pas ne pas garder. Et quand ils ont vraiment du mal à respirer, comme là, c'est carrément une perfusion. Et donc petit à petit, on va lui redonner à manger. - On est sur la bonne voie... - On est pressés…

Réalisation : Anaïs Poncet , Marie Brière de la Hosseraye

Production : Universcience

Année de production : 2023

Durée : 3min56

Accessibilité : sous-titres français