Les Haut-Parleurs Diffusé le

Cameroun : vivre avec le VIH

Au Cameroun, de nombreux camerounais ont le VIH. Ecclésiaste se bat pour vaincre les préjugés et va à la rencontre des populations pour expliquer que le VIH n'est pas le Sida, et que si l'on se protège, si on prend rigoureusement son traitement, on se protège, on protège les autres d'une contamination possible, et on peut vivre normalement.

Un reportage des "Hauts-Parleurs".

Réalisation : Ecclésiaste Deudjui

Production : Fablab Channel, TV5 Monde

Année de production : 2019

Durée : 4min26

Accessibilité : sous-titres français

Cameroun : vivre avec le VIH

VIH : on peut vivre avec !

Extrait conseillère : Certains pensent que leur vie est finie à cause du VIH. Ils ont une vision d’autrefois.

Introduction : Salut c’est Ecclésiaste. Bonne nouvelle. On peut vivre avec le virus du VIH.

GENERIQUE

Attention, je ne dis pas qu’il faut arrêter de se protéger ! Le VIH c’est grave, et surtout : quand vous l’avez, vous risquez de le transmettre aux autres ! Sur la planète, il y a une nouvelle contamination toutes les 17 secondes, en majorité lors de relations sexuelles !

Pour les personnes qui ont malheureusement attrapé la maladie, à quoi ressemble leur vie ? 

Pour commencer, j’ai demandé aux gens dans la rue ce qu’ils en pensaient.

Plus peur, maladie comme toute autre. Faut suivre traitement. On peut vivre normalement. 

Comme un palu. Peut vivre avec. Ceux qui ont pas se protègent, autres prennent traitement. 

Ah bon ? Mais est-ce que ça c’est vrai ? 

Déjà, mettons fin à quelques confusions.

Au Cameroun, xx.000 habitants ont le VIH. Je dis bien le VIH, pas le Sida. Le VIH (on écrit à l’écran Virus d’Immunodéficience Humaine) est le premier stade de la maladie - c’est quand on est séropositif. 

Si on traite correctement le VIH, normalement il n’évolue pas vers le SIDA (on écrit à l’écran Syndrome d’Immuno Déficience Acquise), qui lui peut entraîner la mort. 

Ce jeune que j’ai rencontré a longtemps cru que le VIH n’existait pas ! 

Je croyais pas à cette maladie. Certains disaient que c’est une invention des Blancs pour manger l’argent. 

Un ami m’a dit que ça existe. 

Je me suis dépisté et j’ai fait le traitement. 

Pas VIH qui tue. Faut accepter sa maladie. Le reste vient avec.

On écrit à l’écran : Traitement du VIH grâce aux anti-rétroviraux

Depuis 2007 les anti-rétroviraux sont distribués gratuitement, y compris dans zones rurales. 

Médecin : Etat s’est arrangé pour rencontrer asso de base communautaire. Pour mettre en place prise en charge VIH plus diffuse et plus facile d’accès. 

Médicaments faciles à trouver ?

Patient :  Oui. Trois molécules. Associées, donnent la tri-thérapie. (On écrit tri-thérapie à l’écran)

Un comprimé par jour. Il faut respecter les heures de prise, c’est très très important dans la prise des ARV. 

Ecrire : Les anti-rétroviraux font effet durant 12 heures ou 24 heures seulement. Il faut les reprendre à heure fixe !

Mais peut entraîner effets secondaires, fatigue, perte appétit. 

Patient : Moi j’avais des mauvais rêves hallucinations. 

Médecin : En fonction de la molécule, on peut avoir vertiges, bourdonnements abdos, diarrhée, troubles dyspeptiques…

Mais la question persiste : possible avoir vie normale avec VIH ? 

- Oui, vie normale, je vaque à mes occupations. 

Assistante :  Nous on accompagne pour comprendre que vie s’arrête pas avec VIH. 

Bcp de jeunes sont étudiants. Continuent école, projets. Ont pris goût à la vie. Certains ont enfants, projets, parfois couples séro-discordants. 

Explications de « séro-discordant ». 

Nous voilà donc un peu rassurés pour nos camarades atteints du VIH. 

Quant à nous, n’oublions pas qu’il faut TOUJOURS se protéger. 

Patient : Le VIH existe. Faut se protéger, utiliser préservatifs pour éviter le VIH. 

Médecin : Personne veut souffrir, même si on va guérir. Faut toujours se protéger. Y’a pas que le VIH. 

Et au moindre doute, faisons-nous dépister, sans honte ! Ca permet de se soigner rapidement si on découvre qu’on est malade. Et quand on se soigne, on diminue les risques de transmettre le virus !

L’ONU a fixé l’objectif de 2030 pour éradiquer l’épidémie du VIH. C’est très bientôt ! Le nombre de Camerounais malades a vraiment baissé ces dernières années parmi les moins de 50 ans. Mais 3,7% c’est encore trop.  On a tous et toutes un rôle à jouer ! (On écrit à l’écran « Prévalence du VIHchez les 15-49 ans : 5,2% en 2005 -> 3,7% en 2017» - https://donnees.banquemondiale.org/indicateur/SH.DYN.AIDS.ZS?locations=CM )

C’est sur cette note d’espoir que se termine ce reportage, allez voir d'autres vidéos des HP...

Réalisation : Ecclésiaste Deudjui

Production : Fablab Channel, TV5 Monde

Année de production : 2019

Durée : 4min26

Accessibilité : sous-titres français