image légendée

Reconstitution d'un homme de Neandertal © Sate Museum of Prehistory Halle

Quelques milliers d’années après l’arrivée en Europe d’Homo sapiens, les hommes de Neandertal qui y vivaient depuis des centaines de milliers d’années ont disparu. On ne sait toujours pas pourquoi, mais voici une nouvelle hypothèse : une légère baisse de la fécondité des femmes aurait suffi à les faire disparaître.

Une baisse légère de la fécondité des jeunes femmes néandertaliennes sur des milliers d’années parviendrait à expliquer la disparition de cette ancienne espèce humaine, selon une étude parue le 29 mai dans la revue américaine Plos One.

Des chercheurs du CNRS ont développé un modèle mathématique simple pour simuler des scénarios capables de mener à la disparition des humains néandertaliens en 10 000 ans ou moins, ce qui est la durée pendant laquelle les scientifiques pensent que le déclin s’est produit. En faisant varier les paramètres et en intégrant les quelques informations disponibles sur ces anciens humains, les auteurs concluent que certaines hypothèses avancées jusque-là ne sont pas vraisemblables : par exemple, une augmentation de la mortalité infantile ou adulte liée à des conflits ou des épidémies.

« Cela porte à une disparition trop rapide de la population néandertalienne ! » écrit Silvana Condemi, anthropologue à l’université d’Aix Marseille et co-auteur de l’étude.

« En revanche, une très légère baisse de fertilité, mais exclusivement pour les femmes les plus jeunes (moins de 20 ans), permet d’obtenir la disparition de la population dans les temps connus, poursuit-elle, cette baisse de la fertilité est très faible mais elle est suffisante sur un temps long pour faire disparaître Neandertal ».

Il est malgré tout possible que l’arrivée d’Homo sapiens ait conduit à une très progressive pression sur la nourriture disponible pour les Néandertaliens. « Une réduction de la nourriture, donc de calories, est préjudiciable pour les grossesses », reconnaît Silvana Condemi. Mais c’est là la limite de ces travaux : les chercheurs insistent sur le fait qu’ils parviennent à expliquer le « comment » mais pas le « pourquoi ». Tant que les fossiles de cette époque restent rares, les scientifiques en resteront aux hypothèses pour expliquer pourquoi les jeunes femmes néandertaliennes ont commencé à faire moins de bébés.