Atlantic silversides (Menidia menidia)

© David Conover

Certaines espèces de poissons sont capables d’évoluer en quelques générations pour faire face à la surpêche. Une expérience conduite en 2002 en avait apporté la preuve. L’étude portait sur des milliers de capucettes (Atlantic silverside), une espèce de poissons présente le long des côtes américaines de l’Atlantique. Les chercheurs simulaient la surpêche en prélevant fréquemment un quota de poissons dans différents bassins en laboratoire. Dans le premier, ils « pêchaient » des gros spécimens, dans un autre les petits. En quatre générations seulement, les poissons du premier bassin sont devenus nettement plus petits et ceux du deuxième groupe, nettement plus gros (du simple au double). La taille des poissons d’un troisième bassin où les poissons étaient prélevés au hasard ne subissant elle, pas d’évolution notable.

capucettes

L'évolution en taille des différentes populations © David Conover and Stephan Munch

Or, des chercheurs viennent de replonger dans cette étude en scrutant cette fois, le génome entier de 900 poissons qui avaient été congelés en 2002, à la fin de l’expérience. Leur objectif : regarder comment l’adaptation en taille s’était traduite dans leur génome. Or, leur résultat montre que les modifications de taille ont emprunté différentes pistes génétiques : pour certains poissons ce sont des blocs de gènes connus pour agir sur la taille qui ont évolué, alors que pour d’autres ce sont des centaines de gènes non liés dans le génome qui ont été modifiés. Différentes stratégies génétiques se sont donc manifestées en un laps de temps court pour permettre à l’espèce de s’adapter à la surpêche.