Le "violet de gentiane", une substance parfois conseillée pour calmer une infection douloureuse chez une mère allaitant son bébé, ne doit s'utiliser que sur ordonnance et n'être prescrit qu'en dernier recours, ont prévenu mercredi les autorités sanitaires françaises © AFP/Archives Andrej Isakovic

Le "violet de gentiane" est une substance conseillée pour calmer une infection douloureuse chez une mère allaitant son bébé, il ne doit s'utiliser que sur ordonnance et n'être prescrit qu'en dernier recours © AFP/Archives Andrej Isakovic

L’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) appelle ce mercredi 22 juin à éviter le violet de gentiane. Les autorités sanitaires demandent à ne l’utiliser que sur ordonnance et en dernier recours. « Quand le violet de gentiane est ingéré par un nouveau-né lors de l’allaitement, il peut être dangereux pour le nourrisson s’il est utilisé plus de sept jours à des dosages trop importants », alertent-ils. Le violet de gentiane peut en effet provoquer à court terme des problèmes digestifs ou respiratoires chez le bébé. Selon les autorités sanitaires du Canada, où il est en vente libre, il pourrait également être associé à un risque de cancer chez la mère.

Le violet de gentiane est un colorant industriel qui, contrairement à ce que son nom laisse supposer, n’est pas d’origine naturelle. Des conseillers en allaitement et d’autres professionnels le conseillent pour traiter une infection frappant certaines jeunes mères : la candidose du mamelon. Celle-ci, provoquée par un champignon, irrite le mamelon et peut provoquer des douleurs jusqu’aux aisselles. Elle peut aussi s’étendre à la bouche du bébé lui-même et est alors souvent qualifiée de « muguet ». « N’utilisez jamais de violet de gentiane en cas de candidose mammaire sans avoir consulté votre médecin au préalable », insiste l’agence.