image légendée

Lancement vu depuis Toucan, en Guyane © Ariane

Pour son troisième lancement de l’année, Ariane 5 a placé deux satellites en orbite de transfert géostationnaire depuis le port spatial européen de Kourou, en Guyane française : le satellite de télécommunications Intelsat 39 et EDRS-C, le satellite de communications destiné au système européen de relais de données par satellite.

Ce lancement intervient trois semaines après l’échec de la fusée européenne Vega, le 10 juillet dernier, qui devait transporter un satellite d’observation de la Terre pour les forces armées des Emirats arabes unis.

Ariane 5 a décollé à 16 h 30, heure locale (19 h 30 GMT) avec à son bord les deux satellites d’une masse au décollage de 9,8 tonnes. Elle était « équipée d’un étage supérieur dont les réservoirs d’hydrogène et d’oxygène liquides ont été rallongés afin d’accroître leur capacité de stockage », a précisé ArianeGroup. La capacité d’emport de la charge utile a ainsi pu être augmentée de 90 kilos. 

Le satellite de télécommunication Intelsat 39, doit répondre aux besoins des opérateurs de réseau haut débit, des fournisseurs de vidéo et des clients gouvernementaux d’Afrique, d’Asie, d’Europe, du Moyen-Orient et de l’Océan indien. EDRS-C, quant à lui, intégrera le nouveau réseau européen SpaceDataHighway qui s’apparente au « premier réseau “fibre optique” de l’espace », selon Arianespace. Il sera utilisé à des fins de surveillance environnementale et de sécurité, en cas de catastrophe et de gestion des crises. La durée de vie de ces deux satellites est estimée à une quinzaine d’années. 

C’est le 105e lancement effectué par Ariane 5 ; le lanceur Ariane fêtera ses 40 ans en décembre prochain.