Journal d’un archéologue du merveilleux Diffusé le

Fouille préventive

À l'origine, il n'était pas prévu de refouiller de si tôt cette tranchée où l'artiste Daniel Spoerri avait fait enterrer, en 1983, les restes d'un banquet... Des promoteurs immobiliers préparant la construction d'un auditorium souterrain, on doit en sauver les vestiges. Le 23 septembre 2016, l'archéologue Olivier Weller se rend dans le chantier de fouilles très particulier de ce "Déjeuner sous l'herbe".

Un épisode du "Journal d'un archéologue du merveilleux"

Réalisation : Pierre Oscar Lévy

Production : Universcience, Look at Science, Ciné Tamaris, Laboratoire Trajectoires, Vidéo de poche

Année de production : 2017

Durée : 6min04

Accessibilité : sous-titres français

Fouille préventive

Fouille Préventive

Voix off Olivier Weller : Je m’appelle Olivier Weller, archéologue. Et je fouille avec mon équipe le site du Film de Jacques Demy Peau d’âne. Ce que je vous raconte ici.

À l’origine, il n'était pas prévu de refouiller si tôt cette tranchée où Daniel Spoerriavait fait enterrer, en 1983, les restes d’un banquet, performance artistique.

Des promoteurs immobiliers préparant la construction d’un auditorium souterrain,Jean-Paul Demoule se doit de sauver les vestiges.

Je suis allé lui faire une petite visite de chantier ce 23 septembre 2016.

Olivier Weller : C’est amusant ici, parce que vous avez... Vous avez de très beau cendriers. Et puis nous à Peau d’âne, on a les mégots surtout.

Jean-Paul Demoule : Ah oui, mais y a des mégots aussi là-bas.

Olivier Weller : Alors ils sont dans quel état vos mégots ?

Jean-Paul Demoule : Pas si mal que ça, faudrait comparer, parce qu’ils sont de 83, ils ont trente trois ans. Et ceux de Peau d’âne ils ont quel âge ?

Olivier Weller : Is ont 13 ans de plus.

Jean-Paul Demoule : Ah oui.

Olivier Weller : Ils sont de1970.

Jean-Paul Demoule : Et ils sont ?

Olivier Weller : Et ils sont en très bon état. D’ailleurs on va s’amuser à faire des datations C14 sur les résidus goudronnés dans le mégot.

Jean-Paul Demoule : Ouais.

Olivier Weller : Comme on est post 1950, et qu'on a le calendrier de tournage et qu’on sait à une semaine près quand ils ont été fumés.

Jean-Paul Demoule : Oui.

Olivier Weller : On va pouvoir tester la méthode.

Jean-Paul Demoule : Du carbone 14 et...

Olivier Weller : Du carbone 14 mais sur des périodes post 1950.

Jean-Paul Demoule :Et la calibrer.

Olivier Weller : Et la calibré voilà

Dessinatrice : Un verre si grand ? Qu'est-ce qu'il y a dessiné là come verre ?

Archéologue : Il a dessiné le verre.

Dessinatrice : Ah oui il est cassé.

Archéologue : Il est cassé en deux. Il est allongé cassé.

Dessinatrice : Il a été crrc au milieu. D'accord. Ça va être plus simple de s'intégrer.

Archéologue : ah ben là, en plus si tu veux, ça a séché. Tu vois ?

Dessinatrice : Oui. Parce qu'on peut pas préléver tout avec...

Archéologue : Non, c'est pas possible.

Dessinatrice : Impossible.

Archéologue 2 : Et là si on met en boite...

Archéologue 3 : On peut essayer.

Dessinatrice : Complet ?

Archéologue : Les verres déjà pour les fouiller... Là à mon avis... tu vois tout ça, ça c'est des miettes, ça va partir.

Dessinatrice : Ça c'est éclaté

Jean-Paul Demoule : Ah oui c'est ça oui.

Voix off Olivier Weller : Malo Vanet est venu prolonger la discussion qu'ils avaient eue lors d'une précédente fouille de Peau d'âne.

Jean-Paul Demoule : Donc on peut confronter directement, la photo de l‘époque, avec ce qu’on trouve. Et en plus c’est le dernier état parce que c’est au fond de la tranchée. Ils ont déjà porté les tables au fond de la tranchée. Donc ça c’est l’extrémité, c'est ce qu’on a là. Daniel Spoerri est assis ici et chacun devait apporter des objets personnels. Et lui ce qu’il a apporté c’est une petite dinette et là il a sortie la dinette de son enveloppe. On en voit là, c'est la petite assiette bleue, les petits couverts pas mal érrodés.

Malo Vannet : Du coup on va analyser à la fois ce qu’il y a dans les plats, les assiettes et les verres.

Jean-Paul Demoule : Dans les verres, je pense qu’il ne reste rien. Les plats oui, on va essayer. Et puis là donc, les différentes assiettes.La bleue est bien conservée. La rouge est complétement rouillée.

Malo : Les fleurs aussi ?

Jean-Paul Demoule : Les fleurs je pense que ce n’est pas faisable parce qu'on avat fait déjà des analyses de pollens pour la première fouille, celle de 2010. Et le sol trop acide, c'est très sableux. Donc les pollens ont disparus. Par contre là il y avait des pieds de cochons, ils sont là. On va pouvoir avoir en faire quelque chose pour une fois. Dans la fouille de 2006 il y avait rien côté ossements.

Archéologue : Les relevés sont faits numérotés. Donc c'est bon, on peut sortir les relevés.

Archéologue : Tu gardes le verre avec ou pas ?

Archéologue : Le verre il doit être peint à la main.

Voix off Olivier Weller : Exhumer, analyser ne suffit pas à définir notre travail. Un archéologue relève aussi au millimètre près l’emplacement de ces trouvailles.

Réalisation : Pierre Oscar Lévy

Production : Universcience, Look at Science, Ciné Tamaris, Laboratoire Trajectoires, Vidéo de poche

Année de production : 2017

Durée : 6min04

Accessibilité : sous-titres français