Sur les traces de… Diffusé le

Niko Tinbergen | La fonction adaptative du comportement chez les animaux

Après la naissance de ses petits, la mouette rieuse rejette loin du nid les coquilles d'oeuf dont l'intérieur, trop blanc, pourrait attirer les prédateurs, ce que ne fait pas la mouette tridactyle qui niche sur les falaises. Le Néerlandais Niko Tinbergen, qui a prouvé que ces comportements sont le fruit d'une adaptation au risque de prédation, a reçu un prix Nobel en 1973 pour l'ensemble de ses travaux.

Un épisode de la série "Sur les traces de...".

Réalisation : Mathieu Perdoncin

Production : Universcience, Educagri éditions, Dimson, France Télévisions

Année de production : 2012

Durée : 2min18

Accessibilité : sous-titres français

Niko Tinbergen | La fonction adaptative du comportement chez les animaux

Niko Tinbergen : la fonction adaptative du comportement chez les animaux

1 Le néerlandais Niko Tinbergen a été un des premiers à s'interroger sur la valeur adaptative du comportement. Quelle est l'utilité pratique du comportement de l'animal dans son environnement ? 2. Le travail pionnier de Tinbergen dans le domaine consista à mettre en relation les différences comportementales des mouettes et des goélands, avec les caractéristiques de leur milieu de vie. 3. La couleur vert-brunâtre des œufs leur confère un bon camouflage, mais l'intérieur de la coquille de l'œuf est d'un blanc lumineux qui a peu de chances d'échapper à l'acuité visuelle des prédateurs. Chez les mouettes rieuses, qui nichent au sol, les parents s'empressent d'évacuer les débris de coquilles et de les déposer loin du nid sitôt après l'éclosion. A l'inverse, chez la mouette tridactyle, qui niche sur des falaises escarpées inaccessibles aux prédateurs, les parents se contentent de déposer les coquilles vides à l'extérieur du nid. 4. Tinbergen et ses collègues émirent l'hypothèse que l'éloignement des bris de coquilles chez la mouette rieuse était une adaptation au risque de prédation. 5. Pour vérifier cette hypothèse les chercheurs ont eu recours à une série d'expériences. Au cours de la première, ils dispersèrent au hasard des œufs de mouettes rieuses et des œufs blancs de même forme et même taille au sein de la colonies. Conformément à ce qu'avait prédit Tinbergen, les deux principaux prédateurs, la corneille noire et le goéland argenté, repérèrent bien plus facilement les oeufs clairs que ceux, mieux camouflés, des mouettes. 6. Au cours d'une seconde expérience, le chercheur et son équipe... 7. … montrèrent que le simple fait de disposer des débris de coquille à 15 cm de distance d'un nid augmente fortement le risque de prédation. Qui plus est, cet effet s'atténue rapidement lorsque la distance des bris de coquille au nid augmente. 8. Tinbergen en conclût donc que le retrait des débris de coquille sert à protéger les oeufs et les poussins face aux prédateurs. 10. Alors, que faut-il en retenir? Que la logique évolutive d'un comportement est à rechercher dans ses conséquences en situation naturelle, en termes de survie et de reproduction des individus. Pour l'ensemble de ses travaux sur le comportement animal, Tinbergen a reçu le prix Nobel en 1973.

Réalisation : Mathieu Perdoncin

Production : Universcience, Educagri éditions, Dimson, France Télévisions

Année de production : 2012

Durée : 2min18

Accessibilité : sous-titres français