Abécédaire de la biodiversité Publié le

P comme parasite

Ils s’insinuent dans le corps des autres organismes vivants. Certains y vivent en symbiose, d’autres conduisent leur hôte à une mort certaine... Un épisode de la série « Abécédaire de la biodiversité ».

Réalisation : Jean-Christophe Ribot

Production : Universcience, curiosphere.tv/France télévisions, Mosaique films

Année de production : 2010

Durée : 1min43

Accessibilité : sous-titres français

P comme parasite

La nature regorge de milieux propices à l’essor du vivant. Mais c’est pourtant dans le corps des autres que les parasites préfèrent établir  leur résidence.

Ainsi les douves du foie  s’épanouissent dans l’organisme du mouton. Soucieuses de leur environnement, elles ne le tuent pas immédiatement mais lui prélèvent un peu de sang. Nourries et logées, elles s’accouplent à volonté. Mais dans ce milieu renfermé leurs œufs ne peuvent éclore et sont expulsés, via les excréments. Dans cette matière peu hospitalière les larves de douves voient le jour et cherchent un nouveau corps accueillant. Un escargot leur sert d’habitat intermédiaire mais à ce stade de leur développement, elles espèrent déjà regagner leur ancien logement. Via le mucus, elles s’extraient du mollusque, sont gracieusement accueillies par une fourmi et s’introduisent dans son système nerveux.

Ainsi parasitée, la fourmi demeure figée imprudemment, sur des herbes que les moutons avalent... paisiblement.

Si certains parasites vivent en symbiose avec leur hôte, d’autres peuvent modifier leur métabolisme jusqu’à provoquer leur mort.

Réalisation : Jean-Christophe Ribot

Production : Universcience, curiosphere.tv/France télévisions, Mosaique films

Année de production : 2010

Durée : 1min43

Accessibilité : sous-titres français